ZAC marché Monmousseau‑Balmes

Voir toutes les actualités

Lundi 17 juin 2019.

Retrouvez l’intervention de Michèle Picard lors du conseil municipal du 17 juin 2019 – Rapport n° 10 “Création de la ZAC marché Monmousseau-Balmes – Avis de la Ville sur l’étude d’impact“.

ZAC Vénissy, ZAC Armstrong, et aujourd’hui, ZAC Marché Monmousseau-Balmes. Une étape majeure s’ouvre à nous et sur le plateau, qui forme le cœur du PNRU 2, et nous amènera à l’horizon 2030-2035. Opération majeure bien sûr, dont la concertation publique est ouverte depuis le 26 mars, tant dans les dimensions que dans les ambitions.

La ZAC Marché-Monmousseau-Balmes, c’est 25 hectares, soit 10% de la ZUP des Minguettes. C’est également la programmation de la démolition d’environ 500 logements vétustes, et de la reconstruction de 1 000 logements, en locatif social et privé, en accession abordable, et en accession libre, dans de petits immeubles à échelle et taille humaines. Sans oublier de mentionner des opérations de réhabilitation, qui toucheront les 260 logements de la résidence Edouard-Herriot.

Les objectifs sont clairs et ambitieux : diversifier l’habitat, afin de favoriser les parcours résidentiels des Vénissians ; requalifier la place du marché, pour en faire un lieu de vie plus agréable qu’aujourd’hui ; donner une très forte empreinte paysagère au site, pour que les habitants vivent mieux dans leurs résidences, et dans leur quartier.

L’enjeu de taille est de réussir l’accroche, entre le plateau des Minguettes et le centre-ville de Vénissieux. Notre volonté politique a toujours été de désenclaver les quartiers populaires, de les relier au reste de la ville et de l’agglomération.

Ce combat, nous l’avons porté auprès des pouvoirs publics et des partenaires, depuis des dizaines d’années, et nous continuons bien évidemment, d’en faire le matériau indispensable à toute rénovation urbaine. Ce désenclavement et cette mixité sociale, dont tout le monde parle, passent par une condition nécessaire et suffisante : la présence des services publics, que ce soit l’éducation, la santé, les transports, la police, etc.

On sait aussi que l’emploi est une priorité, tout doit donc être mis en œuvre, pour favoriser le développement économique et l’attractivité des quartiers populaires, dont les potentialités sont nombreuses et avérées.

Cette délibération porte sur l’avis de la ville, au sujet de l’étude d’impact. Avec une livraison envisagée de 50 à 60 logements par an, entre 2023 et 2026, puis un rythme plus élevé entre 2026 et 2035, nous alertons la Métropole sur le calendrier prévu après 2026, qui doit être mis en cohérence avec l’ensemble des grandes opérations d’urbanisme, sur l’ensemble de la Ville (Puisoz Grand-Parilly, secteur Gare, etc).

En ce qui concerne le maillage public, les besoins en équipements scolaires pour les prochains habitants, devront être financés par la future ZAC. Une crèche est, par ailleurs, inscrite dans le secteur des Balmes. Nous défendrons également auprès de l’ANRU, les financements des équipements sportifs, dont les habitants ont besoin, au même titre que les équipements éducatifs ou culturels. Des travaux lourds vont être engagés, avec une première phase de démolitions importantes, entre 2020 et 2023. Nous demandons une extrême vigilance, pour la gestion des matériaux issus des démolitions, tout comme il sera impératif de réduire au maximum, les nuisances pour les riverains. Le cadre de vie des habitants et l’activité sociale et économique du plateau, ne doivent pas être affectés outre mesure, par l’ampleur du projet d’aménagement de la ZAC Marché-Monmousseau-Balmes.

L’acte 3 de la rénovation urbaine des Minguettes, qui devra également garantir le maintien de l’identité du quartier et des Vénissians, ouvre de nouvelles perspectives prometteuses, et attendues, dont personne ne se plaindra.

Je vous remercie.