Vœux 2019 au personnel municipal

Voir toutes les actualités

Mercredi 9 janvier 2019.

Continuité géographique, continuité historique, cela s’appelle œuvrer pour une cohésion et une égalité sociales, pour une République, une et indivisible. Cette mission, c’est la vôtre, à l’échelle d’un pays ou d’une ville, car il s’agit bien de servir ce qui rassemble, ce qui rapproche, ce qui permet de construire une identité, une histoire, une appartenance, un espace commun.

Les crises multiples que traverse notre pays, montrent une chose : les services publics ne sont pas le problème, mais la solution.

Tout au long de son histoire, la France n’aurait jamais été la France, sans ses services publics, pour diffuser les valeurs qui nous sont chères : la liberté, l’égalité et la fraternité. A travers les siècles, nos services publics apparaissent comme le ciment de la nation, comme le lien entre les territoires et les gens, comme la digue contre les obscurantismes, comme le support de notre récit national.

Continuité géographique, continuité historique, cela s’appelle œuvrer pour une cohésion et une égalité sociales, pour une République, une et indivisible.

Cette mission, c’est la vôtre, à l’échelle d’un pays ou d’une ville, car il s’agit bien de servir ce qui rassemble, ce qui rapproche, ce qui permet de construire une identité, une histoire, une appartenance, un espace commun.

Vénissieux aujourd’hui, est le fruit de votre travail, de chacune de vos missions, de votre passion pour vos métiers et notre Ville, elle est le fruit de notre attachement indéfectible, à des services publics de proximité utiles, efficaces et  modernisés.

Ce choix des services publics, toutes les collectivités ne le font pas.

C’est un choix fort, celui de l’intérêt général, au détriment des intérêts particuliers, que j’assume, et qui me rend fière. Je ne suis pas la seule à me rendre compte de votre professionnalisme et de vos compétences, les Vénissians en sont les premiers témoins, et les premiers reconnaissants.

Dans la dernière enquête de satisfaction, à l’automne dernier, trois-quarts des Vénissians affichaient leur satisfaction, de vivre dans notre commune. Je sais que cette reconnaissance-là, n’a pas d’équivalent.

On n’habite pas simplement Vénissieux, on la vit, on la partage, et le degré de satisfaction enregistré, est bien lié à cette présence des services publics de proximité. Petite enfance, éducation, culture, sport, cadre de vie, 3ème âge, peut-être à Vénissieux se sent-on plus accompagné qu’ailleurs, et moins seul qu’ailleurs ?

43% ont estimé que la qualité de vie s’est améliorée ces dernières années, grâce aux transports, à l’aménagement urbain, à l’arrivée des commerces de proximité, au cadre de vie.

Les Vénissians ont jugé très utiles, la rénovation urbaine des Minguettes, l’ouverture du centre nautique intercommunal, la construction de la nouvelle cuisine centrale, l’école Flora Tristan, l’aménagement du Puisoz.

C’est vous qui faites vivre nos équipements, vous qui les faites entrer dans le quotidien des Vénissians, vous qui les rapprochez des habitants, tout en leur donnant les moyens de se les approprier.

Bien sûr que tout n’est pas parfait, la sécurité figure parmi les préoccupations majeures des habitants.

Nous y travaillons, avec l’ensemble de nos partenaires, au quotidien, sans complaisance ni démagogie. En innovant aussi, avec la mutualisation du standard du TOP, et du centre de vidéo-protection, désormais opérationnels 24h/24, 7 jours sur 7, avec la mise en place de la vidéo-verbalisation, et avec ma demande, entendue, d’inscrire Vénissieux dans le cadre du nouveau dispositif national, de la Police de Sécurité du Quotidien.

Vénissieux avance, Vénissieux surprend, Vénissieux intéresse, c’est ce sentiment d’utilité et de fierté, qui doit vous habiter, qui doit vous animer, et que vous pouvez éprouver, en toute légitimité.

Le renouvellement de la 4ème fleur, ne doit rien au hasard. Il s’inscrit dans la continuité des reconnaissances, labels et trophées, que la ville a reçus, ces dernières années. Ils sont adressés à chaque service, à chaque agent, à toutes les compétences que la grande famille de la fonction publique territoriale, réunit et rassemble.

Pouvoir compter sur vous, nous donne de la force, de l’ambition, et invite notre majorité, à continuer de défendre bec et ongles, les services publics de proximité.

De dire stop à ces campagnes de dénigrement, dont font l’objet les fonctions publiques, qu’on est par ailleurs, bien content de retrouver, quand il y a une urgence et une crise. De dire stop à ces visions marchandes de nos sociétés, qui substituent la rentabilité aux humanités, qui font de nos services, les variables d’ajustement des politiques de l’argent fou.

Je m’oppose frontalement, à cette logique libérale car tout n’est pas marchand.

Dans un contexte de mesures gouvernementales, très difficiles pour les communes, j’y reviendrai, je veux mentionner en premier lieu, notre détermination et nos efforts, à l’égard de tous les agents.

Le travail sur l’entretien professionnel annuel s’est poursuivi. Il s’agit d’un temps important, pour chaque agent, qui permet à chacun d’entre vous, de prendre part aux projets collectifs, et  améliorer le service public.

2018 est la deuxième année de mise en œuvre des outils, qui ont fait l’objet d’un dialogue social constructif (nouvelle fiche et guides), avec la poursuite de cycles de formation continue des évaluateurs, de préparation de la campagne d’entretien, en amont, au sein de chaque direction, avec l’ensemble des encadrants et la DRH.

Tous les métiers évoluent, et il est naturel que chaque agent cherche également à évoluer, aussi bien dans son parcours, que dans ses compétences.

Nos efforts sur la formation ne se sont pas démentis, avec la mise en œuvre du Compte personnel de formation, au sein de la Ville. Les agents ont présenté peu de demandes encore, mais ce dispositif permet d’ores et déjà, d’accompagner un certain nombre d’entre eux, dans la formalisation de leur projet professionnel, et parfois la prise en charge de financements.

Par ailleurs, le plan de formation pluriannuel, est mieux travaillé avec les directions, et une priorité toujours forte est accordée, à la prévention et la reconversion des agents en situation d’usure professionnelle.

Des volontés d’évolution d’un certain nombre d’agents, et un réel effort de formation, ont été enregistrés. Plus de 75% des agents se sont formés, et ont demandé des formations, c’est un signe très positif. En matière d’évolution de carrière, je note que les femmes ont été plus nombreuses à réussir des concours, et à les faire valoir dans notre collectivité.

La refonte du protocole d’accord sur la carrière, a permis de clarifier les conditions d’avancement et de promotion interne, pour l’ensemble des agents, dans un souci d’objectivité, d’équité et de transparence.

Par ailleurs, les ratios d’avancement redéfinis, ont permis à la collectivité, de respecter sa promesse sur la carrière de ses agents, puisque une centaine d’entre vous a été promue, soit autant qu’en 2017.

Le volet de la gestion des ressources humaines, sera un axe de travail central, qui engagera tous les services, sur 2019 et les années suivantes. Il permet de mieux traiter la question de l’évolution des métiers, des postes, des compétences, de la pénibilité, et du bien-être au travail.

Nous continuons de développer notre plan de prévention de l’absentéisme, pour sensibiliser les agents sur les volets de prévention de l’usure, et d’amélioration des conditions de travail.

A travers les élections professionnelles, les représentants siègent à la commission administrative paritaire, et au comité technique, que la ville a souhaité maintenir paritaire, convaincue par la richesse qu’apporte le dialogue social. J’ai noté l’investissement de tous pour l’organisation de ces élections et un taux de participation à Vénissieux proche de la moyenne nationale.

Enfin, au 1er janvier 2019, la Ville reconduit l’ensemble de son dispositif de financement et de soutien de l’action sociale, en direction du personnel qui est déléguée au CASC. Une convention d’objectifs a été conclue avec le CASC, pour 3 ans.

Chacun le sait, ce panel d’actions à l’égard des Vénissians, comme de nos services publics, se déploie dans un contexte très difficile, on peut même dire sans précédent, pour les collectivités locales. Aux chutes des dotations s’est ajoutée la contractualisation de nos dépenses de fonctionnement, imposée par l’Etat.

Politiquement, je suis farouchement opposée, à cette atteinte directe au principe de libre administration, mais le gouvernement nous a-t-il vraiment laissé le choix ? Non, car en cas d’absence de signature, les sanctions pour notre ville se seraient élevées à plus d’1,5 million d’euros, sur la période 2019-2021, sans possibilité de bonus, pour la dotation de soutien à l’investissement local. Un scénario catastrophe, pour toutes les missions que nous menons au service des Vénissians, ainsi que pour nos investissements.

Qui plus est, l’urgence sociale est telle, que nous savons déjà que ce pourcentage de 1,46% de hausse de nos dépenses, obtenu après d’âpres négociations, sera insuffisant, à partir de 2020. Il nous contraint d’ores et déjà, à poursuivre nos efforts, mais aussi à prioriser nos missions. En sous-main, il est clair que l’Etat force les collectivités à externaliser certaines compétences, à les privatiser, ce à quoi nous résistons.

Je remarque que la plupart des communes, ayant refusé la contractualisation, avaient des dépenses de fonctionnement inférieures à 1,2%, ou déjà cédé des missions au privé.

La suppression de la taxe d’habitation, entièrement compensée par l’Etat cette année, mais sans garantie pour la suite, l’absence de visibilité sur la refonte de la fiscalité locale et des dotations de l’Etat, font peser sur 2019, de nombreux doutes. Alors que la baisse des effectifs dans la Territoriale, en 2017, s’est poursuivie, les propositions du Comité d’Action Publique 2022, sont également inquiétantes, pour le statut du fonctionnaire.

Mais à Vénissieux peut-être plus qu’ailleurs, nous savons tous, que rien n’est définitivement acquis, et que notre force collective dépend aussi de nos résistances. Pas une résistance pour dire non, mais une résistance positive, pour construire une ville plus humaine, plus solidaire, plus juste, plus agréable.

Je sais que vous êtes prêts, comme tous nos partenaires, à remettre l’ouvrage sur le métier, avec passion et générosité.

De belles choses nous attendent en 2019, avec l’ouverture de la nouvelle cuisine centrale, la réhabilitation et l’extension du groupe scolaire Pasteur, la relocalisation de la Mission Locale, dans la Maison des Services Publics, etc. Le retour à 4 jours pour les rythmes scolaires nous invite à une réorganisation collective et à de nouvelles réflexions avec, toujours en tête et avant tout, l’intérêt de l’enfant.

Ça donne envie de se battre ensemble, et de se battre pour une cause qui nous unit : écrire une nouvelle page de l’histoire vénissiane.

Alors au nom de l’équipe municipale, et au nom de tous les Vénissians, je vous souhaite à toutes et à tous, à vos familles et à vos proches, une excellente année 2019. Je vous remercie.