Un budget métropolitain qui ne convainc pas

Voir toutes les actualités

Intervention de Michèle Picard lors du Conseil de Métropole du 28 janvier 2019, à l’occasion du vote du rapport n° 2019-3292  : budget primitif 2019 et tous les budgets.

 

 

Monsieur le Président,

Mesdames, Messieurs,

Il aurait été intéressant, monsieur le Président, d’avoir un compte rendu des belles rencontres, dont vous saupoudrez notre territoire, à la recherche d’un dialogue avec les habitants, avant de passer aux choix budgétaires de notre collectivité. Des choix qui sont logiquement liés aux besoins de la population. Nous ne savons pas si ces belles rencontres auront été utiles, à un vrai débat de fond.

Il est vrai, que les urgences sociales et climatiques, s’expriment largement dans la rue. Il suffit d’entendre et d’écouter. Ce qui n’est pas la qualité première de La République En Marche, et de son Président Macron. Il aura fallu beaucoup de temps, beaucoup de débordements de colères, pour qu’enfin Macron fasse semblant d’entendre le cri des gilets jaunes, des gilets rouges, des blouses blanches, des stylos rouges, des lycéens, des étudiants, des retraités et de tous nos concitoyens qui se sont mobilisés, à travers la France. Toutes ces expressions démocratiques, toutes ces alertes, toutes ces propositions sont ignorées, méprisées. Ce sont des colères qui s’accumulent depuis des décennies, face à des gouvernements sourds, depuis Sarkozy, Hollande, puis Macron.

Ce mépris a un retour cinglant : quand on demande aux Français ce qu’ils pensent de la politique en 2019, 37% éprouvent de la méfiance, 32% du dégoût, contre 9% de l’intérêt, et 5% de l’espoir. A l’exception des mairies, toutes les institutions, présidence de la République, gouvernement, assemblée et partis politiques, suscitent défiance et rejet. Quant à l’Etat, 3 Français sur 4, estiment que les décisions prises, servent les intérêts de quelques-uns, aux dépens de l’intérêt général.

Les chiffres sont vertigineux, la colère est forte, et elle vient de loin. Outre le mépris et l’arrogance du Président de la République, ce sont ses choix politiques qui sont rejetés, ceux-là même qui ont mis à mal notre modèle social, et le pacte républicain. Des choix guidés par le libéralisme.

Au nom de l’abaissement du « coût du travail », les exonérations sociales massives de ces trente dernières années, n’ont conduit qu’à précariser le monde du travail. La République En Marche garde le même cap, et reste bloquée sur cette politique, aujourd’hui rejetée, par tous ceux qui luttent pour une vie digne. Nul besoin d’être économiste, pour comprendre la mécanique du pouvoir d’achat : augmenter les salaires et mieux rémunérer le travail, établir une vraie justice fiscale. Le gouvernement Macron fait l’inverse. Il exonère les entreprises de contribution à la solidarité nationale. Il les dédouane aussi, de verser à leur salariés, des salaires décents. Il entretient la confusion, entre taxe et cotisation sociale, entre taxe et imposition.

Un gouvernement ami des taxes qui frappent aveuglément, et ennemi de l’impôt qui contribue, à proportion des richesses de chacun, à la solidarité nationale. Les Français ne sont pas dupes, ils ont bien compris que le Président des riches porte comme un trophée, la suppression de l’ISF, mesure emblématique de toute sa politique. Quand eux, réclament la fin d’un système à bout de souffle.

Lorsque Macron annonce redonner 10 milliards d’euros pour le pouvoir d’achat, nos concitoyens savent bien que ce ne sont pas des avancées pour eux. Ce sont de mauvais coups, auxquels ils échappent, comme la hausse de la CSG, ou celle des carburants. C’est un véritable plan d’urgence économique et sociale qu’attendent les Français, très éloigné des quelques mesurettes annoncées par le Président, et financées par le peuple lui-même, et non par ceux qui, grâce à l’évasion fiscale, accumulent depuis des années, sans rien redistribuer, ni par les multinationales championnes de l’optimisation fiscale.

Non, les Français ne sont pas naïfs, il faut dire que la supercherie est grossière. Dénigrer l’impôt au bon plaisir du capital, décrier la dette, donner pour responsable les services publics, puis les démanteler sans vergogne, au grand plaisir du capital. La boucle est bouclée, sauf si nous rappelons au passage, que le service public est le meilleur garant de l’équité, pilier de notre constitution.

C’est pour cette raison que les maires sont en colère, et défendent depuis des années leurs communes, contre le rouleau compresseur étatique qui, au nom de la réduction de la dette publique, fait de nos collectivités des coquilles vides. Et paradoxe de l’histoire, voilà qu’aujourd’hui, dans la panique et l’urgence, Emmanuel Macron loue le rôle des communes, dans leur capacité à renouer les liens avec les Français, puis les sollicite, dans le cadre du grand débat national. Il compte sur les maires de France, qu’il ignorait, voire méprisait, hier. Alors que l’on voit bien, dans les sondages, que le maire et les mairies sont le maillon politique le plus apprécié, et jugé utile, par les Français.

Les services publics ne sont pas le problème, mais la solution. Ils sont notre République, une et indivisible. Ils sont la réponse aux fractures sociales et territoriales, qui nécrosent notre société.

Le budget que nous votons aujourd’hui, porte le poids de la baisse des dotations, de la suppression de 70 000 emplois dans la fonction publique territoriale, de la baisse imposée de 13 milliards d’euros, sur les dépenses des collectivités locales, pour les trois prochaines années, de la contractualisation, de la suppression de la taxe d’habitation et de l’atteinte à la libre administration des collectivités.

Dès lors, sera-t-il en capacité de répondre à l’urgence sociale ?

Face à un taux de pauvreté de 15.2%, il y a nécessité d’un véritable plan de solidarité, de mesures urgentes et ambitieuses, contre la grande pauvreté, et en faveur des personnes âgées.

Les retraités sont en première ligne des manifestations, pour le pouvoir d’achat et le droit à une vie digne, car pour eux, c’est la double peine. Ils ont travaillé toute une vie, pour une retraite au rabais, sans compter le gel annoncé des pensions. Avec 800€ par mois, comment avoir accès aux structures adaptées à la dépendance ? Comment faire pour que la sélection par l’argent, ne soit pas la règle d’intégration dans un EHPAD ?  Comment garantir l’humanité de traitement des patients, comme des salariés ?

Ce budget 2019 nous permettra-t-il aussi, de mettre à l’abri ces femmes, ces hommes, ces enfants, qui dorment dans la rue ? Toutes ces nuits sans toit, toutes ces vies en danger, sont la honte de notre République, et la honte de notre Métropole. Ce budget nous permettra-t-il de relever le défi du mal-logement ?

Aurons-nous les moyens d’enrailler le ralentissement des constructions de logements sociaux, provoqué par la réforme des APL et la loi ELAN, qui fragilisent les bailleurs ? La Métropole pourra-t-elle fournir autant de logements que de demandeurs, ou tout au moins tendre vers une diminution de la file d’attente, qui dépasse désormais les 65 000 dossiers ?

Pour une politique vraiment sociale, ayons de l’imagination et de l’audace. Sur un autre dossier, celui concernant la production et la distribution de l’eau potable, c’est ce que le GRAM et groupe Communiste, Parti de gauche et républicain, vous proposent, avec un passage en régie directe, et la mise en place d’un tarif social. Parce que l’accès à l’eau est un besoin vital, nous demandons la gratuité des premiers mètres cubes, indispensables à la vie. Pour les mètres cubes suivant, un tarif progressif permettrait de facturer plus cher, les mètres cubes liés à une surconsommation, car il n’est pas normal que celui qui utilise cette ressource pour laver ses enfants, paie le même prix, que celui qui remplit sa piscine. Voilà un exemple de courage que nous devrions avoir, avec une tarification sociale et écologique.

Sur le volet de l’Education, nous devons réagir face au délabrement de nos collèges, mais aussi voir plus loin, accompagner la croissance démographique de la Métropole, et la hausse importante du nombre de collégiens. Nous réitérons notre demande d’un plan transparent et partagé de construction, de rénovation et de réhabilitation, pour garantir l’équité pour tous les collégiens, sur le territoire de la Métropole. Nous devons avoir une visibilité commune, Métropole-Villes, et prévoir bien en amont, les besoins en termes d’emprises publiques, les identifier et les réserver, pour construire nos futurs collèges. Se projeter de PPI en PPI ne suffit pas. Il en est de même sur d’autres sujets, par exemple le vieillissement de la population, et toutes les responsabilités qui en découlent, et que nous devrons assumer encore plus fortement demain.

Enfin, il nous faut relever le défi climatique, je crois que tout le monde tient ce même discours, mais n’en restons pas aux incantations. Parmi les leviers que nous possédons, le plan de mobilité est à repenser. Chaque habitant de la Métropole, à Givors comme à Quincieux, doit pouvoir préférer le transport collectif ou le mode doux. Cela implique la résorption des fractures territoriales, le développement du rail, de nouvelles lignes de métro, de tram, des parkings relais, des vélos, la transformation du périphérique. Cela implique aussi une nouvelle logique tarifaire.

Ces quelques observations, et je pourrais en ajouter beaucoup d’autres, illustrent que nous ne sommes pas convaincu par votre budget, et par vos choix.

Je vous remercie.