Projet éducatif de territoire 2019‑2022

Voir toutes les actualités

Retrouvez l’intervention de Michèle Picard prononcée lors de la séance du conseil municipal du 8 avril 2019 sur le rapport n° 1 «Adoption du Projet Educatif de Territoire 2019-2022 »

Le 2 octobre dernier, les parents vénissians ont tranché et opté pour l’organisation de la semaine scolaire sur quatre jours. Avant cette consultation, nous avons travaillé avec les parents, les enseignants, présenté les enjeux pour les enfants, ébauché tous les scénarii possibles, et fourni l’ensemble des éléments matériels, tant financiers qu’éducatifs. Rien n’a été caché, omis, tronqué. Ni l’augmentation des tarifs du périscolaire par 3 en cas de passage à 4 jours, ni notre volonté de maintenir une ambition éducative forte pour tous les enfants, quelle que soit l’issue du vote. Nous avons donc suivi et respecté à la lettre le choix exprimé par les parents.

A la rentrée 2019, l’accueil périscolaire du soir aura lieu de 16h45 à 18h00, les lundi, mardi, jeudi et vendredi. Nous avons réussi à garantir une vraie continuité territoriale, puisque le périscolaire du soir sera organisé dans toutes les écoles primaires publiques de la ville.

Les 21 sites, soit 11 maisons de l’enfance et dix antennes de loisirs, qui avaient été instaurés lors du passage à 4,5 jours, sont conservés.

La réduction du temps périscolaire du soir à 1h15, ne nous permettait plus de proposer des activités spécifiques qui nécessitent des plages horaires de préparation plus importantes. Nous les jugeons pourtant nécessaires et utiles à l’esprit de curiosité et à l’épanouissement des enfants. En conséquence, le mercredi matin, les services de la ville organisent des activités culturelles (arts plastiques, musiques) mais aussi sportives comme le « savoir nager » par exemple.

Le mercredi après-midi est conservé en temps périscolaire dans les 11 maisons de l’enfance avec, là encore, une variété d’activités et une mobilisation de la plupart de nos équipements.

Le passage à quatre jours nous a amenés à bâtir et élaborer un nouveau PEDT, projet éducatif de territoire, pour la période 2019-2022. La continuité entre temps scolaire, périscolaire et extrascolaire en est l’un des enjeux prioritaires. C’est à travers cette continuité que l’on parvient à réduire les disparités d’accès aux actions éducatives, à renforcer la participation des enfants et des adolescents, à articuler les différents temps sociaux. Ce nouveau PEDT incite également les parents, premiers éducateurs de leurs enfants, à s’impliquer dans les actions éducatives. Il mobilise les quatre directions et les agents des services qui composent le pôle éducatif : la direction éducation enfance, la direction sports jeunesse familles, la direction des affaires culturelles et la direction école et bâtiments.

La transversalité de nos moyens et compétences s’ouvre aussi à nos partenaires institutionnels comme l’éducation nationale bien évidemment, mais aussi associatifs comme les centres sociaux, l’Apasev, l’OMS, les clubs, l’Espace Pandora, les parents élus aux conseils d’école. Le PEDT de notre ville s’adresse à tous les enfants et jeunes résidant sur le territoire, dont plus de 9 500 élèves de primaire. Sont concernés 21 groupes scolaires, 5 collèges et 3 lycées publics. On peut adresser notre reconnaissance à tous les acteurs et agents qui oeuvrent à l’éducation, à l’épanouissement et à la citoyenneté de tous les jeunes Vénissians. Ils font tomber les barrières de la discrimination, et ouvrent les chemins de la connaissance à tous, sur un pied d’égalité et de justice sociale.

Tout le monde le savait avant le vote, le passage à la semaine de 4 jours allait impacter les finances de la ville. En sortant du cadre de la loi Peillon, nous avons perdu le bénéfice du fonds de soutien, qui s’élevait à 800 000€ en 2018. Cette perte nous a contraints à faire évoluer les tarifs des activités périscolaires, multipliés par 3, comme nous l’avions averti lors du travail mené avant le vote des parents.

Malgré cette augmentation, nos tarifs à la rentrée 2019 resteront inférieurs à ceux pratiqués dans de nombreuses communes de l’Est Lyonnais, comme Villeurbanne, Saint-Priest, Décines, etc. Mais ce gain de recettes ne compense pas la perte du fonds de soutien que j’ai évoqué au préalable.

La Ville met donc la main à la poche, à hauteur d’environ 500 000€. Dans ce contexte, et alors que nos dépenses de fonctionnement sont désormais plafonnées par la contractualisation de l’Etat, faire croire que le Plan Mercredi présenté par l’Education Nationale est la solution miracle, relève de la désinformation. Je rappelle que la majoration de la prestation de service ordinaire, prévue par le Plan Mercredi, est liée à l’organisation d’un nouveau temps d’accueil, qui viendrait en supplément du temps périscolaire proposé aux enfants le mercredi. Or vous le savez, l’Etat macroniste a sommé les collectivités locales de limiter l’augmentation des dépenses de fonctionnement.

Organiser un nouveau temps d’accueil, cela signifie du personnel en plus ! Ce tour de passe-passe n’est pas sans rappeler l’ouverture des bibliothèques et médiathèques préconisée par Emmanuel Macron, lequel, dans le même temps, interdisait aux communes tout moyen humain supplémentaire. Une mascarade qui ne fait rire aucun maire en France. Sauf peut-être l’opposition à Vénissieux, qui pratique la surenchère, imagine des solutions surréalistes, sans se soucier, à aucun moment, des contraintes budgétaires des collectivités, et de l’étranglement financier orchestré par Emmanuel Macron et la République en Marche. C’est l’opposition « Y’a qu’à » ou « Faut qu’on », en orbite, quasi lunaire, si éloignée des réalités qu’elle en deviendrait Jupitérienne. Il serait temps qu’elle redescende sur terre et cesse de prendre les Vénissians pour des imbéciles !

Les conséquences des nouveaux rythmes scolaires sont nombreuses. On oublie un peu trop souvent le sort du personnel. A Vénissieux, les emplois permanents ont été maintenus, et nous avons fait en sorte que le temps de travail des animateurs vacataires, bien que réduit, reste malgré tout significatif.

Tout au long de la concertation, en amont et en aval du vote, nos réflexions ont toujours placé au centre des différents dispositifs l’intérêt de l’enfant. Ce nouveau PEDT ne déroge pas à la règle.

Je vous remercie.