Maison de l’enfance des quartiers M. Barel/Charréard/Pasteur/ Monery

Voir toutes les actualités

Aujourd’hui nous avons posé la 1ère pierre de la maison de l’enfance Max-Barel. Un nouvel accueil intégré au Projet Educatif de Territoire. Pour un accompagnement de l’enfant dans ses modes d’apprentissage, dans la découverte de soi et du monde qui l’entoure, dans son cheminement vers sa propre émancipation.

Cette première pierre que l’on pose aujourd’hui, revêt trois dimensions : elle est un moment fort et un engagement du plan de mandat 2020-2026, elle marque la naissance prochaine d’une nouvelle maison de l’enfance à Vénissieux, la 11ème du nom, et elle préfigure, par son lieu de construction, la constitution d’un véritable pôle d’activités.

La Maison de l’enfance Max Barel n’est pas isolée, mais bien entourée par le centre de loisirs associé à l’école, la Halle à grains, le groupe scolaire, et la crèche « Pains d’épices ». Des liens fonctionnels avec la Halle à grains, une fois les travaux d’accompagnement terminés, et en dehors des créneaux de location, permettront aux enfants et encadrants de disposer d’une salle polyvalente de 180m2, et d’une cour complémentaire. On dit que certains projets sont bien nés, la nouvelle maison de l’enfance en est l’illustration, au centre de l’éveil, de l’émancipation et de l’éducation.

D’ici le premier semestre 2023, le bâtiment accueillera de 160 à 170 enfants de 6 à 11 ans, et 15 encadrants. Les locaux de la maison d’enfance actuelle ne sont plus adaptés aux modes d’accueil que la ville a mis en place, pas plus qu’ils ne sont en mesure d’absorber la montée des effectifs.

Salles d’activités étroites, absence de salle de regroupement d’une surface suffisante, il nous fallait passer à la vitesse supérieure. Cette nouvelle construction, venant en complément du CLAE Max Barel, coule donc de source, elle va ainsi venir renforcer les dispositifs récents, que nous avons lancés tout au long de l’année 2021.

En février dernier, il y a eu les débuts de la garderie du matin. Depuis la rentrée, c’est l’accueil de loisirs le mercredi à la journée qui est entré en action. Pour l’année 2021-2022, nous disposons d’un potentiel de 464 places à la demi-journée, de 612 places à la journée, soit un total de 1 076 places tous accueils confondus. La plage horaire de cette journée s’étendra de 8h30 à 17h30, incluant le repas et le goûter. Comme pour la restauration scolaire, notre politique tarifaire est très accessible, modulée par le quotient familial, et ouverte au plus grand nombre.

Notre ville propose ainsi aux familles vénissianes, quatre services périscolaires : la garderie du matin, le temps méridien de restauration scolaire, le temps périscolaire du soir, le temps périscolaire du mercredi après-midi et, depuis cette rentrée 2021, du mercredi matin. A cet éventail de dispositifs s’ajoutent les accueils de loisirs extrascolaires, lors des petites vacances scolaires et des grandes vacances, en journée ou demi-journée.

Ce nouvel accueil s’inscrit en complémentarité, et est intégré au Projet Educatif de Territoire. L’ambition de ces types d’accueil, ce n’est pas une simple garderie, mais un accompagnement de l’enfant dans ses modes d’apprentissage, dans la découverte de soi et du monde qui l’entoure, dans son cheminement vers sa propre émancipation.

Malgré une année particulière liée à la crise sanitaire, plus de 1 600 enfants étaient inscrits au périscolaire du soir, et presque 900 d’entre eux au périscolaire du mercredi après-midi, en 2020-2021. La prochaine maison de l’enfance s’inscrit dans une perspective éducative forte et pérenne.

Je voudrais mentionner également les caractéristiques architecturales du prochain bâtiment. Une surface totale d’activité de 850 m2 va voir le jour, au coeur d’une maison de l’enfance construite dans le respect du développement humain et durable. Le bâtiment sera raccordé au réseau de chauffage urbain, bénéficiera d’une toiture végétalisée, d’une isolation thermique renforcée. La question du réchauffement climatique est intégrée au projet, avec un traitement particulier de la cour dotée de brumisateurs.

A ce sujet, notre ville a lancé de nombreuses expérimentations, brasseurs d’air, brumisateurs sous préaux, et recueilli les retours de satisfaction, dans les établissements petite enfance et scolaires. Un plan d’actions a été défini, de façon à équiper de manière systématique de brasseurs d’air, les nouvelles salles de classes maternelles et élémentaires, dans le cadre de travaux de réhabilitation ou de construction.

Une ligne budgétaire en PPI sera dédiée à la réalisation des travaux d’installation de brasseurs et brumisateurs, à partir de 2022. Des priorités ont été ciblées, comme par exemple l’équipement de brumisateurs des préaux des cours des groupes scolaires, avec des maisons de l’enfance fonctionnant également l’été.

Cette Maison de l’enfance Max Barel est un moment fort de notre plan de mandat
2020-2026. D’un montant global de plus de 3,8 millions d’euros, je tiens à remercier le préfet et l’Etat, pour avoir soutenu le projet, en lui accordant une subvention DPV de
1,3 million d’euros.

D’autres investissements suivront en matière d’éducation, comme la construction du nouveau bâtiment d’extension de Jules Guesde, la poursuite de nos efforts, pour créer des selfs dans nos restaurants scolaires, d’étoffer les équipements numériques dédiés, aux écoles élémentaires, etc.

Notre patrimoine dédié à l’enfance et à l’éducation s’étoffe, année après année. Je rappellerai que deux groupes scolaires ont été construits, en à peine huit ans, dans notre commune.

En parallèle à nos investissements, les finalités pédagogiques restent toujours aussi ambitieuses. La continuité entre temps scolaire, périscolaire et extrascolaire, en est l’un des enjeux prioritaires. C’est à travers cette continuité, que l’on parvient à réduire les disparités d’accès aux actions éducatives, à renforcer la participation des enfants et des adolescents, à articuler les différents temps sociaux.

Ce nouveau PEDT incite également les parents, premiers éducateurs de leurs enfants, à s’impliquer dans les actions éducatives. Il mobilise les quatre directions et les agents des services qui composent le pôle éducatif : la direction éducation enfance, la direction sports jeunesse familles, la direction des affaires culturelles et la direction école et bâtiments.

La transversalité de nos moyens et compétences s’ouvre aussi à nos partenaires institutionnels, comme l’éducation nationale bien évidemment, mais aussi associatifs, comme les centres sociaux, l’Apasev, l’OMS, les clubs, l’Espace Pandora, les parents élus aux conseils d’école. Le PEDT de notre ville s’adresse à tous les enfants et jeunes résidant sur le territoire, dont plus de 9 500 élèves de primaire.

J’aimerais, pour conclure, dire à chacun d’entre nous, de faire preuve de vigilance et d’une attention accrue, à l’égard de notre enfance et notre jeunesse. Les séquelles de la pandémie et de la crise sanitaire sont profondes. Elles ne s’effaceront pas du jour au lendemain. Imaginons un peu ce qu’a été la vie d’un écolier, sous masque, privé des émotions des proches qui l’entourent, contraint de se tenir à distance des autres, plongé dans un quotidien anxiogène et étouffant, dont il n’aperçoit pas l’issue, ni forcément le sens.

Oui, plus que jamais, notre monde a besoin de son enfance, et l’enfance besoin de notre vigilance. Je vous remercie