Les jardins de Tess

Voir toutes les actualités

Jeudi 10 octobre 2019.

Il s’y crée un attachement durable, à échelle humaine, loin de l’anonymat des cités dortoirs. Vous retrouvez cette logique, aussi bien dans le projet de Cœur de Ville ici même, que dans l’aménagement urbain du Grand Parilly, ou la rénovation du Plateau des Minguettes.

Par touches, ici et là, le centre-ville de Vénissieux bouge, change, ses habitants gagnent en cadre de vie. Mi-septembre, nous avons marqué la fin de l’aménagement de l’îlot Romain Rolland, avec ses 334 logements, et son caractère paysager.

Dans quelques semaines, le bâtiment Technicentre de la SNCF sera inauguré, un fleuron du savoir-faire industriel, qui vient reconfigurer et animer, avec près de 500 employés, le quartier de la gare.

Entre les deux, entre l’Est et l’Ouest du centre-ville, ce sont aujourd’hui, les Jardins de Tess qui nous rassemblent. 45 logements en accession libre, : 37 en logements collectifs, et 8 logements individuels en maisons groupées, voient le jour. Je remercie à cette occasion, le promoteur, le Groupe Edouard Denis, et l’architecte, Archigroup, pour la réalisation de cet ensemble.

Petit retour en arrière, qu’il convient de mentionner. A la suite de la désignation du lauréat, une présentation du projet, en séance « Architecte conseil », par l’opérateur et son architecte, le 5 juillet 2016, a permis d’en préciser les contours. Les échanges, entre les différentes parties ont rendu possible, l’optimisation de l’implantation des logements, et plus particulièrement celle des logements intermédiaires, situés en bande secondaire, et de réguler certaines hauteurs, pour une meilleure insertion urbaine du projet.

La composition architecturale, est ainsi marquée par des volumes compacts, à la lecture simple et au gabarit adapté, à l’échelle des bâtiments avoisinants. De grands balcons protégés du vis-à-vis, et donnant sur le cœur d’îlot, sont aménagés en façade ouest du bâtiment. Des jardins, loggias et jardins privatifs apportent une note verte et paysagère, à cet ensemble d’habitations. Pour les résidents des Jardins de Tess, la position géographique est idéale. Gare, métro et ligne T4 sont tout près, l’école du Centre à deux pas, tout comme notre théâtre, les commerces et marchés de la place Léon-Sublet.

Ce maillage n’est pas tout à fait un hasard, mais plutôt le fruit d’une volonté, celle de la ville de Vénissieux. Dans chaque aménagement, ou rénovation urbaine, nous défendons mixité sociale et mixité de l’espace, il y a les logements bien sûr, mais aussi les services publics de proximité, les équipements culturels, sportifs, la présence de commerces, du tertiaire. C’est quand vous réunissez toutes ces composantes, que des quartiers de vie naissent. Les familles, à travers toutes les générations, s’approprient alors les lieux, s’identifient à la ville, y circulent et y construisent leurs souvenirs.

Il s’y crée un attachement durable, à échelle humaine, loin de l’anonymat des cités dortoirs. Vous retrouvez cette logique, aussi bien dans le projet de Cœur de Ville ici même, que dans l’aménagement urbain du Grand Parilly, ou la rénovation du Plateau des Minguettes.

L’autre pilier de notre politique réside, dans la dimension sociale, du logement à Vénissieux. Contrairement aux idées reçues, cette dimension sociale, ne consiste pas à ne produire que du logement social, même si personne ne doit ignorer l’urgence des familles, dans l’incapacité de pouvoir se loger. On ne peut fermer les yeux sur cette réalité, et chaque commune a aussi le devoir d’y répondre. Je ferme la parenthèse. Pour la ville de Vénissieux, une politique sociale du logement, consiste à privilégier la mixité, et la diversité des parcours résidentiels. En plus du logement social, les dispositifs d’accession sociale et d’accession libre, viennent appuyer une offre de logements diversifiés, qui permet à la fois aux Vénissians de rester dans leur quartier, et d’attirer de nouvelles familles, venues des communes environnantes.

Les 45 logements en accession libre des Jardins de Tess, s’inscrivent dans ce canevas où chacun, doit pouvoir trouver une habitation, à la hauteur de ses besoins, et de ses souhaits. Un dernier mot aux résidents installés, notre théâtre est à deux pas, alors n’hésitez pas à venir découvrir la création, et la vitalité de la culture à Vénissieux.

Je vous souhaite la bienvenue dans notre ville, et je vous remercie.