L’économie locale

Voir toutes les actualités

Jeudi 5 octobre 2017.

Il faut rapprocher les territoires et les populations, notamment les jeunes, du marché du travail. Il faut créer des passerelles, entre les chefs d’entreprise et la ville, sous une forme de contrat partenarial et civique, et c’est ce que cette charte renforce.

Rendre attractifs nos territoires. Offrir des opportunités au bassin d’emploi local, et notamment aux jeunes. Booster les entreprises vénissianes, grâce à nos investissements publics et nos grands projets d’aménagement, comme par exemple le programme moteur de Parilly-Puisoz. Énoncés de la sorte, ces 3 objectifs paraissent simples, mais avec environ 8 000 demandeurs d’emploi à Vénissieux, les taux de chômage montrent que les villes populaires, dans leur ensemble, ont été très durement frappées par la crise financière de 2008. Il faut donc continuer de se battre.

Mais je voudrais commencer par deux nouvelles de taille, deux bonnes nouvelles pour notre territoire.

La première montre, dans une récente enquête de l’INSEE, que notre commune n’a pas perdu d’emplois, entre 2009 et 2014. Elle a donc fait mieux, que résister à la crise économique actuelle, quand d’autres villes populaires ont été gravement sinistrées. Dans le détail, la population active à Vénissieux était de 26 272 personnes en 2014, contre 25 423 en 2009. Cela ne nous surprendra pas, la conjoncture actuelle fait que l’activité industrielle est en repli, mais la part d’artisans, chefs d’entreprises, cadres, professions supérieures et d’employés, connaît une hausse solide.

Même si la part d’ouvriers, parmi la population active, décroît, notre commune garde une identité industrielle forte. Notons que parmi les emplois industriels, la baisse concerne essentiellement les ouvriers non qualifiés, tandis que les postes de cadres, ingénieurs, augmentent fortement.

Nos territoires sont restés dynamiques, l’INSEE nous le prouve. Ils le sont, car notre ville sait pouvoir compter sur des entreprises fidèles, responsables et engagées. Ce ne sont pas des mots faciles que je jette en l’air, mais le fruit d’un engagement concret, que la Charte de Coopération vient matérialiser. Quand nous avons lancé ce projet, en juin 2015, 25 entreprises pionnières s’étaient engagées dans l’aventure. Deux ans après, elles sont au nombre de 100.

On peut le dire avec satisfaction : nous avons créé un réseau local d’entreprises fort, qui met en place des actions territoriales autour de l’emploi, la découverte des métiers, l’urbanisme, le cadre de vie, le logement.

Il faut rapprocher les territoires et les populations, notamment les jeunes, du marché du travail. Il faut créer des passerelles, entre les chefs d’entreprise et la ville, sous une forme de contrat partenarial et civique, et c’est ce que cette charte renforce. Depuis deux ans, les entreprises ont participé à plus de 40 actions organisées par la Ville, et pour certaines, par des partenaires locaux. Il n’y a pas de profil type au cœur de cette charte, mais une diversité d’entreprises très intéressante.

Elles sont de toute taille (80% ont moins de 100 salariés), de tout quartier, avec quand même, une majorité sur l’axe Bonnevay et secteur Joliot-Curie, et de tout secteur (27% du commercial, 15% du secteur industriel…).

Alors au nom de tous les Vénissians, au nom de notre majorité municipale, je tiens à remercier très vivement tous les chefs d’entreprises, tous les employés, qui nous prouvent, par leur sens des responsabilités, leur attachement à Vénissieux, et leur envie, toujours présente, de défendre et valoriser l’ensemble de nos territoires. Merci à tous nos partenaires : l’association d’entreprises Alysée, la Chambre de Commerce et d’Industrie, Pôle Emploi, l’ensemble de nos acteurs institutionnels, et toutes les forces économiques que compte notre ville. Nous avons des atouts en main, pour amplifier encore, le développement économique de Vénissieux.

Il y a bien sûr le programme Parilly-Puisoz, qui va offrir des opportunités d’activités aux entreprises locales, et d’emplois aux Vénissians. Rappelons que plus de 15 000 heures d’insertion ont été générées, par les clauses de la ville dans les marchés publics. Il y a aussi ce maillage dense de PME-TPE, qui constitue l’une de nos forces, et qui est en augmentation. Le laboratoire Carso s’agrandit, le prochain technicentre de la SNCF, accueillera 600 salariés à l’horizon 2019. Le futur PLU-H, sur lequel nous travaillons, va nous servir de levier. Il nous offre la possibilité de spécifier le zonage d’activités économiques, avec une zone d’activités artisanales et productives, et une zone d’activités économiques, où l’on peut créer des surfaces tertiaires.

A Vénissieux, ce second zonage concernera le Parc Club du Moulin-à-Vent, ainsi que la zone au nord du BUS. Soit au bas mot, pour la commune de Vénissieux, 379 hectares en activités productives, et plus de 59 hectares permettant l’implantation d’entreprises tertiaires. Sur les 1 546 hectares que compte notre commune, près de 440 hectares sont dédiés aux activités économiques, représentant 28% du territoire vénissian.

Enfin, pour le volet commerce, le PLU-H propose des outils, permettant d’organiser spatialement l’offre commerciale, confortant ainsi les commerces de proximité et de centre-ville, comme par exemple la réservation des pieds d’immeubles, sur les linéaires commerciaux, pour de l’activité de commerce.

La dynamique économique dépend beaucoup de la confiance, et de l’image qu’un territoire suscite. Il y a une part rationnelle et irrationnelle au développement des activités, des effets d’aubaine, des effets de mode, des périodes de contraction ou d’expansion. En gardant son identité populaire et industrielle, Vénissieux est bien présente sur tous les tableaux.

C’est une ville qui entreprend et qui se bat, une ville qui croit à sa jeunesse et à l’innovation, une ville qui sait que sa position stratégique de porte sud de l’agglomération, parfaitement desservie, tant par les transports publics que le réseau routier, est un atout inégalable. Alors, ensemble, dans un esprit de solidarité partagée, ouvrons grand les portes d’un avenir prometteur.

Je vous remercie.