Journée de la Paix

Voir toutes les actualités

Mardi 21 septembre 2021 – Hier nous étions rassemblés en fin de journée à l’occasion de la journée internationale de la Paix. Il est indispensable de créer un nouveau projet de civilisation, respectueux des peuples et de la planète. Il est impératif de promouvoir un nouveau modèle de relations internationales, basé sur le partage, l’entraide et la solidarité.

La pandémie mondiale de COVID 19 a amplifié les crises économiques, sociales, écologiques et humanitaires, dévastatrices pour des centaines de millions d’êtres humains. Dans le même temps, aux quatre coins de la planète, les conflits ouverts ou larvés se multiplient, poussant des peuples entiers à fuir leur pays. Les catastrophes naturelles et les tensions croissantes autour des ressources, engendrent des mouvements de population massifs, qui affectent tous les pays, sur tous les continents. Cette situation n’est pas une fatalité, c’est le résultat d’une société fondée sur la mise en concurrence, la domination, les inégalités, les servitudes des uns, pour assurer le pouvoir aux plus riches.

Il est indispensable de créer un nouveau projet de civilisation, respectueux des peuples et de la planète. Il est impératif de promouvoir un nouveau modèle de relations internationales, basé sur le partage, l’entraide et la solidarité. Il est urgent de transformer nos modes de production, d’échanges et de consommation, afin de préserver la planète. Construire la paix est la seule réponse politique, face à l’urgence sociale, économique et climatique.

Développer la culture de paix, c’est un projet politique qui requiert l’engagement, et la mobilisation de tous :

En plaçant l’humain au cœur des choix de société,

En reconstruisant des liens sociaux, à tous les niveaux, basés sur l’égalité et la solidarité, plutôt que sur la concurrence et la compétition,

En apportant des réponses politiques aux inégalités, aux injustices sociales.

Bâtir la paix, c’est aussi transmettre, dès le plus jeune âge, des valeurs éducatives et citoyennes. C’est apprendre aux jeunes générations, l’histoire dans sa globalité et sa complexité. C’est le sens du CME, créé en 2012 : transmettre une mémoire collective, œuvrer pour l’intérêt général, autant de jalons pour faire de notre jeunesse les citoyens de demain, acteurs et décideurs de leur vie.

La paix ne se décrète pas, elle s’obtient à force d’engagements et de mobilisation, de tous les peuples réunis. Dans ce combat, nous pouvons compter sur l’engagement du Mouvement de la paix. Ces femmes et ces hommes œuvrent au quotidien, pour porter des valeurs de fraternité, de solidarité et de paix. Ils sont les porte-voix d’un monde meilleur, d’un monde plus sûr, pour chacun d’entre nous et pour les jeunes générations, d’un monde plus juste et plus tolérant.

Le 22 janvier 2021 a marqué l’entrée en vigueur du Traité sur l’interdiction des armes nucléaires. Un premier jalon de droit international qui interdit la mise au point, la mise à l’essai, la fabrication, l’acquisition, la possession, ou le stockage d’armes ou dispositifs explosifs nucléaires, et l’emploi ou la menace d’emploi de tels armes ou dispositifs.

Ce traité représente un pas en avant pour les peuples de la terre, et le début d’un nouveau processus dont l’objectif est bien l’élimination totale et définitive des armes nucléaires. Il représente un espoir formidable, pour faire advenir un monde de paix, de solidarité et de coopération, libéré de l’une des plus graves menaces que l’humanité fait peser sur sa propre existence. Nous espérons aussi qu’il mette la pression sur les organismes financiers, qui soutiennent et se nourrissent, de la fabrication d’armes nucléaires. L’entrée en vigueur de ce traité est une victoire pour l’humanité, une victoire espérée par tous ceux qui mènent campagne depuis des décennies, pour une planète militairement dénucléarisée.

A Vénissieux, les élus de la majorité mènent aussi ce combat, aux côtés des associations et organisations pacifistes, sociales, syndicales et politiques. En décembre 2017, le conseil municipal avait voté un vœu, pour que la France s’engage dans la ratification de ce traité.

En effet, c’est en 2017 que le prix Nobel de la paix venait d’être décerné à la Campagne Internationale pour abolir les armes nucléaires (en anglais ICAN), pour son travail contre la bombe atomique, et pour le traité d’interdiction des armes nucléaires (TIAN).

  • Un traité adopté à l’ONU le 7 juillet 2017, par 122 pays sur 192, et ratifié, à ce jour, par 51 pays.
  • La France, qui n’avait pas voté « pour » le traité en 2017, n’a toujours pas signé le TIAN.
  • J’ouvre une parenthèse pour indiquer que le renouvellement de notre arsenal nucléaire français, aura coûté 37 milliards d’euros en 2025, alors même que 76 % des Français, sont favorables à l’engagement de la France dans un processus de désarmement nucléaire, et 68 % favorables à la ratification du TIAN.
  • Comme rappelé par le Mouvement de la Paix, ces armes sont « illégales, dangereuses, coûteuses, éthiquement inadmissibles ». Une arme nucléaire, par les ravages qu’elle provoque, ne peut être considérée comme un outil acceptable de politique étrangère. Les simples possessions et menaces de leur usage, avilissent les nations qui les commettent. Notre pays, ses idéaux humanistes et pacifistes, doivent prévaloir.
  • Le témoignage de Kunihiko Sakuma, survivant d’Hiroshima, que nous entendrons juste après, nous rappelle que la menace est réelle.

Face à cette menace, les communes ont un rôle à jouer, je dirais même le devoir d’agir, et de réclamer le droit des populations, à vivre dans un monde en paix.

Toute utilisation, délibérée ou accidentelle, d’arme nucléaire, aurait des conséquences catastrophiques durables et à grandes échelles, pour les populations et pour l’environnement.

C’est pourquoi La Ville de Vénissieux s’engage, aujourd’hui, dans la signature de l’appel de villes promu par ICAN (Campagne Internationale pour l’abolition des armes nucléaires), représentée aujourd’hui par
Jean-Marie COLLIN.

Nous soutenons le traité sur l’interdiction des armes nucléaires, et appelons notre gouvernement à y adhérer.

Je vous remercie.