Disparition d’Hubert Germain

Voir toutes les actualités
Figure de la Résistance,  Hubert Germain s’est éteint hier à l’âge de 101 ans. Il était le dernier Compagnon de la Libération encore vivant. Sa disparition nous rappelle combien la transmission de l’histoire et de la mémoire est primordiale. 

Hubert Germain fait partie de ces hommes auxquels aujourd’hui encore nous devons nos libertés. Avec tous ses camarades Résistants, anonymes ou plus connus, avec le CNR, il a dit Non à la France de Vichy, à la France de la collaboration et de la soumission, à la France antisémite mais aussi à la France de la droite réactionnaire et de l’extrême droite. Son parcours, improbable et singulier, illustre aussi la nature de la résistance, engagé à l’âge de 19 ans, au sein des Forces françaises libres (FFL), il participera à de nombreux combats. En novembre 1944, Charles de Gaulle lui remettra la Croix de la Libération pour « récompenser les personnes ou les collectivités militaires et civiles qui se seront signalées dans l’œuvre de libération de la France et son empire ». 

Les témoins de la Résistance, des camps d’extermination nazis, de cette barbarie innommable et de la mort industrialisée par le IIIème Reich, ont disparu. Nous devons plus que jamais continuer ce travail de mémoire et de transmission initiée par nos aînés.