Disparition de Pierre Bonnard

Voir toutes les actualités

Mercredi 5 août 2020.

Pierre Bonnard s’est éteint, ce mardi 4 août, des suites d’une longue maladie. Nous perdons une personnalité chère à Vénissieux, nous perdons un ami.

Défenseur de la démocratie, des valeurs et des idéaux républicains, l’égalité, la laïcité, Pierre Bonnard  effectuera 4 mandats municipaux de 1983 à 2008. D’abord Conseiller municipal aux côtés de Marcel Houël et Président du groupe socialiste, il évolue  au fil des mandats en assumant différentes responsabilités. Adjoint délégué aux transports et aux déplacements, il est actif et productif : les infrastructures, la signalétique, le Vénissieux d’aujourd’hui garde l’empreinte de son action. Il sera également présent sur la question des finances et marchés publics.

Empreint d’humanité et profondément attaché au vivre ensemble, il donnera, sans compter, au sein du conseil municipal, ces 25 années d’énergie, au service de l’intérêt général et des Vénissians.

En 2001, il devient conseiller communautaire, et représente la Ville à la Communauté Urbaine de Lyon.

Orateur hors-pair, personne n’oubliera ses interventions.

Homme de terrain, il s’impliquera, entre autre, comme représentant de la Ville au centre social du Moulin-à-Vent. Il présidera également le Conseil de quartier Renan, Lévy, Moulin-à-Vent, de 2004 à 2008.

Cuisinier de profession, il travaillait à la société des Wagons-lits, intégrée au Groupe EUREST. C’est notamment grâce à lui que la convention entre EUREST et le lycée Hélène Boucher pour les stages pratiques des lycéens, a été signée.

Pierre Bonnard était un militant laïc, engagé auprès de la Fédération des Œuvres Laïques et Délégué départemental de l’Education Nationale.

Ancien combattant d’Algérie, militant et Président de l’Association des Anciens Combattants de la Résistance,  Pierre était un repère, un personnage incontournable lors des commémorations.

Né à Nantua, il a grandi à Bourg en Bresse et vécu à Vénissieux. Il avait aussi adopté la Bretagne où il a rencontré  son épouse, en 1954 et où il s’est éteint hier.

Je m’associe à la peine de son épouse, Juliette, de ses enfants,  petits-enfants et arrières petits-enfants, de sa belle-sœur Danielle, et de ses proches. Je leur présente mes sincères condoléances et les assure de mon plus chaleureux soutien.