Disparition de Michel Piccoli

Voir tous les coups de cœur / coups de gueule

Mardi 19 mai 2020.

C’était un grand acteur et un grand comédien. Michel Piccoli nous a quittés hier. Monstre sacré, figure légendaire du cinéma, il suffit de lire les qualificatifs de la presse ce matin pour mesurer la place qu’il occupait dans notre imaginaire collectif. Face caméra ou sur les planches, Michel Piccoli dégageait une présence immédiate, unique et, il faut bien le dire, impressionnante, voire imposante. Il était là, au centre de la scène tout en étant légèrement en retrait, il s’imposait sans forcer le trait, sans nous regarder de haut. Présence-absence, la marque des plus grands peut-être ? Jean-Luc Godard, Luis Bunuel, Jean Renoir, Jean-Pierre Melville, Alain Resnais, Marco Ferreri, Claude Chabrol, Claude Sautet, Louis Malle, Marco Bellocchio, Youssef Chahine, Ettore Scola, Raoul Ruiz, Theo Angelopoulos, Otar Iosseliani, Nanni Moretti, sans oublier Alfred Hitchcock, les réalisateurs qui ont marqué l’histoire du cinéma ne s’y sont pas trompés en lui offrant des premiers rôles dans des films aussi inoubliables que Le mépris, Belle de jour, Le Doulos, Les choses de la vie, La grande bouffe, Habemus Papam, etc.. Cette liste ahurissante de metteurs en scène majeurs illustre le talent de Michel Piccoli, mais aussi son insatiable curiosité humaine, son désir continu d’embrasser l’ensemble des cultures cinématographiques, sous toutes les latitudes. Sa diction si particulière, sa capacité à faire entendre et exister les silences, traduisaient un amour de la langue et un profond respect des mots, dont le théâtre s’est emparé. Malgré les tapis rouges, le strass et la reconnaissance de ses pairs, Michel Piccoli n’a jamais cédé aux sirènes de la célébrité ou du vedettariat. Il était impossible de l’enfermer dans un monde. A Cannes ou à Paris, tout au long de son incroyable carrière, l’acteur n’ignorait pas le citoyen qu’il était, homme engagé, progressiste, résolument de gauche, dont les combats ont toujours été sincères et authentiques. « On ne devrait pas s’habituer à vivre, on devrait être étonné tous les jours ». « Je suis un très grand professionnel mais j’ai gardé le cœur amateur et découvreur ». Michel Piccoli par lui-même, et tout est dit. Ciao et merci, l’artiste.