Disparition de Jacques Chirac

Voir toutes les actualités

Jeudi 26 septembre 2019

Au moment de la disparition de Jacques Chirac, rappelons-nous qu’il a été le premier Président de la République à reconnaître la responsabilité de l’État français dans la déportation des Juifs, à l’occasion de la commémoration du 53ème anniversaire de la rafle du Vel d’Hiv. Nous devons tous saluer son action et sa démarche, dans ce devoir de vérité rempli et assumé, pour une mémoire réconciliée, partagée, apaisée.

En 2003, Jacques Chirac est aussi celui qui dira Non à la guerre en Irak. Nous pouvons tous lui reconnaître cette volonté d’imposer la voix singulière de la France.

Jacques Chirac laissera l’empreinte d’un homme d’État profondément républicain, attaché à ses valeurs gaullistes, refusant toute alliance avec le Front national. « Je ne peux pas accepter la banalisation de l’intolérance et de la haine. » Peut-être que ces mots pourront raisonner dans tous les esprits encore aujourd’hui.

J’adresse tout mon soutien à sa famille et à ses proches.