Démolition par explosion de l’immeuble rue Monmousseau

Voir toutes les actualités

Vendredi 2 avril 2021

Avec la démolition de la barre ICF, nous poursuivons la transformation de Vénissieux. Aujourd’hui, c’est une nouvelle page qui se tourne pour les Vénissians. Nous voulons nous appuyer sur ce qui constitue l’identité de nos quartiers, pour reconstruire la ville sur la ville et conjuguer urbanisme, qualité de vie et respect de l’environnement. Démolir pour reconstruire, sans toutefois oublier le passé.

A tous les riverains qui voient leurs habitudes bousculées, merci pour leur patience et leur compréhension. Depuis 6 heures ce matin, quatre gymnases, dont le gymnase Colette Besson réservé aux cas médicaux, ont accueilli les riverains évacués, dans le respect des règles sanitaires actuelles. Ils ont pu bénéficier d’une collation, et ont assisté à la retransmission sur écran géant de la démolition, via un lien YouTube.

Vénissieux, et particulièrement les quartiers du plateau des Minguettes, sont souvent victimes de préjugés. Pourtant au fil des années (on a souvent tendance à l’oublier), un travail colossal a été engagé pour faire évoluer ces quartiers, casser leur image négative, améliorer le quotidien des habitants, même si beaucoup de difficultés sociales subsistent. Souvenez-vous, le 9 juin 1983, tombait la première tour des Minguettes. La première étape de la réhabilitation de la ZUP des Minguettes. En 1994, les 10 tours de l’ensemble Démocratie étaient détruites. Puis, avec l’ANRU, vinrent la Darnaise, Edouard-Herriot et le quartier Armstrong.

Avec la démolition de la barre ICF, nous poursuivons la transformation de Vénissieux. Une étape « naturelle » qui s’inscrit dans le prolongement de la dynamique urbaine, économique, sociale et environnementale que nous souhaitons dans tous nos quartiers. Notre ambition : rendre nos quartiers plus attractifs, plus humains, et améliorer la qualité de vie des habitants. Démolir pour reconstruire, sans toutefois oublier le passé. La destruction de la barre ICF suscite pour nous tous, élus, habitants, une émotion intense où se mêlent nostalgie et espoir. Il est toujours douloureux pour les habitants, d’assister à la destruction de l’endroit où ils ont vécu, où leurs enfants sont nés. Ces lieux ont une histoire – leur histoire – et en voyant basculer ces blocs de ciment, ces bouts de mémoires, chacun peut avoir la gorge serrée, les yeux brouillés de larmes.

Aujourd’hui, c’est une nouvelle page qui se tourne pour les Vénissians. Le Programme de Renouvellement Urbain mis en œuvre à Vénissieux depuis 2005, a déjà permis des changements majeurs pour le plateau des Minguettes. De nombreuses opérations sont réalisées, ou en voie d’achèvement.

Le Nouveau Programme National de Renouvellement Urbain 2020/2030, s’inscrit dans cette continuité. Ne pas faire du plateau des Minguettes un quartier à part, mais une partie intégrante de la ville dans son ensemble, connectée et raccrochée aux autres quartiers, pour former une seule et même ville. Une opération majeure pour la ville de Vénissieux, avec la construction de nouveaux logements, des opérations de réhabilitation du parc de logements sociaux, de nouveaux équipements publics, et des aménagements d’espaces publics.

Ce NPNRU, qui concerne les villes de Vénissieux et Saint-Fons, porte des objectifs intercommunaux :

  • Favoriser le développement économique et l’attractivité du territoire, par une offre éducative de qualité et en diversifiant les fonctions.
  • Diversifier l’offre d’habitat.
  • Mailler le plateau avec les deux centres villes de Saint-Fons et Vénissieux.
  • Réduire la coupure du Boulevard Yves Farge.
  • Optimiser les qualités paysagères du site.

Le logement est un enjeu fort de ce programme. C’est aussi une préoccupation majeure de l’équipe municipale. Nous avons à cœur de maintenir une offre de logements sociaux répondant aux besoins des Vénissians, tout en proposant une diversité de logements, et de parcours résidentiels. Nous voulons poursuivre les réhabilitations énergétiques des parcs existants de logements sociaux et privés, et favoriser la mixité sociale au sein de tous les quartiers. Ce NPNRU permettra la réhabilitation et la résidentialisation de plus de 2500 logements (sociaux et copropriétés).

Les opérations prévues sur notre territoire sont les suivantes :

L’opération Porte Sud Darnaise : qui renouvellera ce territoire, et renforcera sa vocation économique, en créant une entrée sud valorisante de la ville et de la métropole.

L’opération Anneau des Parcs permettra de mettre en liaison, en synergie et complémentarité le parc des Minguettes à Vénissieux, et le parc Victor Basch aux Clochettes à Saint Fons, pour créer une boucle paysagère, de loisirs et de services de 4,2 km en augmentant la taille du parc Minguettes de 1,5 hectare, et lui créant des portes le rendant visible des grands axes de circulation.

Le désenclavement du secteur Léo Lagrange en direction du centre-ville, et du secteur Pyramide en direction de l’Hôtel de Ville, pour réaliser la ville «des courtes distances», autrement dit rendre l’accès plus facile aux habitants vers des pôles d’offre de services publics (équipements culturels du Cerisier, théâtre, pôle administratif au centre-ville).

La ZAC Marché Monmousseau Balmes : permettra de poursuivre la transformation le long de l’avenue Jean Cagne, et réussir l’accroche au centre-ville ; l’opération de démolition de la grande barre ICF s’inscrit comme un des éléments préparatifs de l’aménagement des Balmes en direction de l’hôtel de ville. Pour cela, différentes actions sont inscrites :

  • La requalification de la place du marché, et la création d’une halle.
  • La programmation d’équipements (gymnase Jacques Brel, crèche des Balmes, groupe scolaire Charles Perrault,).
  • La création d’une trame verte, et d’un parc dans les Balmes.
  • La réhabilitation et la résidentialisation de logements dans le parc social et copropriétés).
  • Équipement complémentaire Ville (hors NPNRU), reconstruction piscine Auguste Delaune financée par la ville.

La démolition de la barre Monmousseau marque une étape importante dans la transformation du territoire. C’est une nouvelle page qui s’inscrit dans l’histoire de notre ville. C’est aussi l’histoire de celles et ceux qui ont vécu dans ces logements. Ne pas oublier le passé, créer une mémoire collective, c’est le sens du travail mené par Antoine Boureau et Lucie Moraillon, deux photographes de l’association « Dialogues en Photographie ». En 2016, ils sont allés à la rencontre des habitants, et ont accompagné des adolescents dans un travail photographique intitulé « Entre les tours ». Ces photographies ont ensuite été placées sur la barre ICF.

Aujourd’hui, l’association revient sur le quartier et porte son nouveau projet. La réalisation d’un documentaire retraçant les moments forts de la démolition. Durant la journée, elle donnera la parole aux habitants afin qu’ils expriment leur ressenti, leurs émotions et leur vision sur l’avenir de ce quartier. J’aimerais saluer cette initiative qui renforce, de la plus belle façon, cette mémoire collective.

Je dis souvent qu’une ville ne se fait pas sans ses habitants. Le NPNRU 2020/2030 est un projet d’envergure. C’est pour cette raison que nous avons prévu, une place importante pour la concertation avec les Vénissians. Aujourd’hui, nous voulons nous appuyer sur ce qui constitue l’identité de nos quartiers, pour reconstruire la ville sur la ville et conjuguer urbanisme, qualité de vie et respect de l’environnement. C’est le fil conducteur de notre politique.

Je terminerai par ces mots de Léo Garrigues, ancien habitant du quartier : « On souhaite tous quelque chose de beau, de bien, qui donne envie aux gens qui sont là de rester, à d’autres de venir, et à tous d’être fiers de vivre à Vénissieux ». Notre objectif se place ici, et nous y arriverons.

Je vous remercie.