COVID19 : moratoire sur les expulsions locatives, première réponse urgente et vitale

Voir toutes les actualités

Mercredi 29 avril 2020

Dans ce contexte sanitaire, social et économique si difficile et si tendu, mettre un terme à la trêve hivernale et procéder à des expulsions locatives, qui ont été interdites jusqu’à fin mai en raison de l’épidémie de coronavirus, serait injustifiable et inconscient. Début juin, les difficultés des plus modestes seront toujours là, nous le savons bien.

Dans un courrier ce jour adressé au Premier ministre, je demande l’instauration d’un moratoire sur les expulsions locatives, comme la fondation de l’Abbé Pierre et certains maires en ont fait part également. Une première réponse urgente et vitale. Mais nul ne saurait s’exonérer d’un véritable plan d’urgence à plus long terme pour mettre fin à des pratiques inhumaines. La création d’une nouvelle aide dans le cadre du FSL pour compenser l’impact des pertes de revenus sur l’effort du reste à charge pendant cette période serait une mesure de justice sociale utile et nécessaire.

« Monsieur le Premier Ministre, le monde d’après ne sera pas le monde d’avant, comme l’a avancé le Président de la République. Les décisions que nous prenons aujourd’hui, les actes qui suivront dès demain devront être conformes aux paroles que je viens de mentionner. L’État a pu compter sur l’engagement sans faille des collectivités locales pour mettre en œuvre sur le terrain les mesures nationales de l’urgence sanitaire, par l’engagement total des fonctionnaires territoriaux, la réactivité de nos missions et nos capacités à innover.

C’est par les liens de solidarité de notre République, une et indivisible, et par de nouvelles solidarités à imaginer, sociales, économiques, fiscales, que nous sortirons plus forts et plus unis de cette crise profonde et dramatique pour de nombreuses familles. »

Retrouvez ci-joint l’intégralité de mon courrier au Premier ministre.