COVID 19 : Produits communaux et aide aux entreprises

Voir toutes les actualités

Conseil municipal du 15 juillet 2020 rapport n°6 “Produits communaux. Autorisation de renoncer à des recettes du fait de la crise sanitaire”.

Les mois de confinement liés à la crise sanitaire, ont mis à l’arrêt total des pans entiers de l’activité économique, commerciale, mais aussi culturelle, avec la fermeture des cinémas, des théâtres, musées et l’annulation des festivals. L’onde de choc est terrible, et les difficultés financières, pour certaines entreprises et enseignes, sont déjà là.

900 000 emplois pourraient être supprimés en France, d’ici 2021, d’après le Ministre de l’Economie, Bruno le Maire. On sait déjà que le libéralisme entend profiter de la pandémie, pour faire payer cette crise au monde du travail, à travers des licenciements injustifiables. Les annonces du groupe Volvo, relatives à la suppression de 463 postes en France, chez Renault Trucks SAS, à l’automne prochain, dont 360 emplois sur le site de Lyon / Saint-Priest / Vénissieux, en sont l’une des illustrations.

Depuis plus de quinze ans, nous avons toujours été à la pointe du combat, pour la sauvegarde de l’outil de production nationale, sous les sarcasmes fréquents des représentants de la « mondialisation libérale ». Or aujourd’hui, qu’entend-on comme discours, à droite comme à gauche ? Que cette crise doit nous inciter à relocaliser les activités essentielles et stratégiques en France, que les délocalisations doivent cesser, que les licenciements économiques, alors que sociétés font des bénéfices, devraient être interdits.

Quel dommage que nous n’ayons pas été entendus plus tôt ! C’est donc sur ce terrain-là, que nous attendons le nouveau gouvernement, dès la rentrée, et c’est à l’Etat de tracer des lignes fortes, pour une industrie d’avenir, plus propre, génératrice d’emplois pour les jeunes générations.

Comme sur l’ensemble du territoire, la crise sanitaire a fragilisé, voire mis à l’arrêt, les activités industrielles et commerciales à Vénissieux. Nous sommes conscients des difficultés rencontrées et prochaines, pour de nombreuses sociétés, PME, TPE, et enseignes commerciales de notre territoire. Dans ce contexte sinistré, et inédit, la Ville de Vénissieux a décidé d’alléger les charges des entreprises. Pour l’année 2020, nous exonérons totalement les entreprises et commerces, des droits de voirie portant sur le mobilier, et nous réduisons de 15% les droits portant sur les installations de chantier. Par ailleurs, nous avons acté le principe d’une réduction de 30% de la taxe locale sur la publicité extérieure, pour les enseignes supérieures à 7m2. Ces mesures de soutien montrent notre volonté d’aider, et de soutenir l’activité économique à Vénissieux. Mais je le rappelle une fois encore, ce combat, il faudra le mener collectivement, dès la rentrée prochaine, une rentrée sociale et économique, qui s’annonce tendue et très compliquée.

Pour être tout à fait complète, au sujet des conséquences financières du Covid 19, notre ville s’engage au remboursement des activités annulées, dans les équipements qui n’ont pas pu accueillir de public, tout au long de la durée du confinement : médiathèque, maisons de l’enfance, crèches, cinéma, école de musique, restauration scolaire, équipements sportifs, etc.

Les pertes de recettes pour notre ville se traduisent en toute logique, soit par un non-encaissement, soit par un remboursement des activités n’ayant pu se dérouler. Pour les activités prépayées, la ville a commencé à rembourser les usagers, au prorata de la période durant laquelle, l’activité n’a pu être assurée. Particulièrement touchée pendant le confinement, la régie autonome de restauration scolaire et sociale, sera exonérée du remboursement de la mise à disposition du personnel.

De plus, afin d’assurer l’équilibre du budget annexe, il est proposé d’acter du non reversement de l’excédent du budget annexe, de plus de 155 000€.

Je vous remercie.