Conseil municipal : Prise en charge des contrats d’artistes

Voir toutes les actualités

Conseil municipal du 28 septembre 2020 – Rapport N°5 “Prise en charge des contrats d’artistes prévus pour le festival Fêtes Escales du fait de la crise sanitaire de la COVID – 19”.

Le Festival Fêtes Escales ayant été annulé pour raison sanitaire, nous avons décidé de prendre en charge, les contrats d’artistes qui devaient s’y produire, à hauteur de plus de 41 000€. Aimer la culture, c’est aussi, surtout en ce moment, aider les artistes, les intermittents, et tous les gens du spectacle.

La crise sanitaire a eu des effets dévastateurs, dans de nombreuses branches économiques, TPE, PME, commerces. Beaucoup d’activités se sont retrouvées à l’arrêt total. Nous sommes venus en soutien des entreprises et enseignes, en allégeant leurs charges, avec l’exonération des droits de voirie, et la réduction de la taxe locale sur la publicité extérieure, à hauteur de 270 000€.

Mais un autre secteur a été percuté de plein fouet par la pandémie, celui de la culture et de la création, dont on mesure déjà la gravité de la crise. Salles de cinéma et de théâtre fermées, concerts et festivals annulés, expositions reportées ou supprimées, l’onde de choc a été terrible, et continue de se propager. Tant que la crise sanitaire ne sera pas derrière nous, il sera en effet très difficile de nous projeter à court terme, mais également à moyen terme, dans la mesure où bon nombre de nos concitoyens ont adopté de nouvelles pratiques culturelles, comme les plateformes de streaming, ou les visites virtuelles en ligne, par exemple. Reviendront-ils dans les salles ou les musées ? C’est la question que les responsables de la culture se posent, après un été en chute libre pour la fréquentation des cinémas, à hauteur de -80% !

Or, n’en déplaisent aux démagogues, la culture fait vivre 1,3 million de personnes, dont 600 000 emplois directs, et on estime que la production culturelle dans notre pays, représente à peu près 3% du Produit intérieur brut.

Début juillet, la chute du chiffre d’affaires global était évaluée à 22,3 milliards d’euros ! Certains secteurs ont été plus touchés que d’autres : en premier lieu le spectacle vivant, dont la baisse du chiffre d’affaires est estimée à 58 %. Suivent la musique (-34 %), le patrimoine et musées (-36 %), et les arts visuels (-31 %). Un plan de relance pour la culture de 2 milliards d’euros, a été annoncé par l’Etat. Beaucoup de professionnels ont reconnu l’ampleur de l’enveloppe, mais restent inquiets sur sa répartition, d’autant plus que l’arbitrage final sera donné par Bercy, et non par le Ministère de la Culture. Bref, le flou demeure, et la programmation de la saison 2021 en France, s’avère d’ores et déjà compliquée et chaotique.

La Ville est très attachée à la culture, à la création, car nous savons qu’elles constituent un des vecteurs les plus puissants de la cohésion sociale, de la vie quotidienne, et de l’aménagement dans nos quartiers. L’enjeu n’est donc pas secondaire, mais capital. Le Festival Fêtes Escales ayant été annulé pour raison sanitaire, nous avons décidé de prendre en charge, les contrats d’artistes qui devaient s’y produire, à hauteur de plus de 41 000€. Aimer la culture, c’est aussi, surtout en ce moment, aider les artistes, les intermittents, et tous les gens du spectacle. Cet été, nous nous sommes inscrits dans le dispositif de la Métropole « Culture Hors les Murs », qui nous a permis de présenter des spectacles aux habitants, et d’épauler et valoriser pas moins de 6 compagnies. Notre théâtre va ouvrir ses portes le 2 octobre. L’école de musique et les arts plastiques ont repris leurs activités cette semaine, dans le respect des protocoles et mesures sanitaires exigés. 

Pour Bizarre, les ateliers, résidences et travail en studio, se poursuivent. Les concerts debout sont interdits, quelques prestations scéniques pourront néanmoins avoir lieu, avec une une jauge limitée à 50 personnes assises. A Vénissieux, comme dans toutes les villes en France, la reprise culturelle reste très fragile, mais, à défaut de pouvoir nous projeter, nous savons d’ores et déjà, que notre présence auprès de la création, conditionnera la suite et les mois à venir.

Dans ce contexte, notre ville a débloqué très rapidement un fonds de soutien de 300 000 € aux associations, afin que leur situation financière ne se dégrade pas, et qu’elles puissent franchir ce passage difficile. Leurs demandes et besoins ont été expertisés cet été, avant que le comité de pilotage ne procède à l’arbitrage final. Que l’opposition se rassure, il n’y aura pas de clientélisme, mais de la transparence, puisque la répartition des sommes versées par association, fera l’objet d’une prochaine délibération. Le vivier culturel s’inscrit bien évidemment dans ce fonds de soutien, à condition que leurs difficultés actuelles soient liées au covid, et non à d’autres paramètres. Je vous conseille à ce titre, la lecture des résultats de l’étude du Réseau Recherches et solidarités, publiés dans le journal Expressions. Recueillis auprès de 12 000 responsables d’associations, les chiffres sont édifiants et très inquiétants : 70% des associations ont été dans l’impossibilité de maintenir plus de 20% de leur activité, pendant la période de confinement. 24% des associations estimaient avoir moins de trois mois de trésorerie devant elles, et près de 30 000 structures redoutent un dépôt de bilan, avant la fin de l’année.

L’heure est à la solidarité, car c’est bien le vivre ensemble et la cohésion sociale, que la Covid-19 a fragilisés au plus haut point.

Je vous remercie.