Métropole : Sport – Attribution de subventions 2018/2019

Voir toutes les actualités

Intervention de Michèle Picard lors du Conseil de Métropole du 18 mars à l’occasion du vote du rapport N° 2019-3381 : « Sport – Attribution de subventions aux sections sportives scolaires des collèges de la Métropole de Lyon pour l’année scolaire 2018-2019», rapport N° 2019-3382 : «Sport – Attribution d’une subvention à l’Union nationale du sport scolaire (UNSS) du Rhône-Grand Lyon Métropole dans le cadre de l’opération Supporter (2018-2020) et de l’organisation des championnats du monde scolaires de futsal Fédération internationale du sport scolaire (ISF) 2020» et du rapport N° 2019-3383 : «Partenariat avec les clubs sportifs professionnels – Attribution de subventions pour la saison 2018 2019».

Monsieur le Président,

Mesdames, Messieurs,

Voici trois délibérations qui illustrent parfaitement ce que le groupe communiste, partie de gauche et républicain, dénonce, quant aux choix budgétaires de l’exécutif métropolitain.

La première délibération nous invite à partager une enveloppe de 49 150€, entre 52 sections sportives de nos collèges. A titre d’exemple, cela représente 450 € pour le collège Elsa Triolet de Vénissieux, et sa section football.

La deuxième délibération nous propose l’attribution d’une subvention d’un montant de 170 000 €, à l’Union nationale du sport scolaire (UNSS), dans le cadre de l’organisation des championnats du monde scolaires de futsal.

La troisième concerne l’attribution de subventions à 8 clubs sportifs professionnels, pour un montant de 812 000€.

Le déséquilibre, que nous voyons ici, est symptomatique de toute une politique métropolitaine. Des choix sont faits, mais ces choix ne sont pas les bons. On donne beaucoup aux clubs sportifs professionnels, déjà largement financés, entre autre, par la publicité, et on donne trop peu à nos sections sportives collégiennes, dont on sait pourtant, toute la plus-value qu’elles apportent, à la dynamique éducative dans sa globalité.

Nous disons clairement que la politique sportive métropolitiaine, ne doit surtout pas être calquée sur le modèle de la politique sportive du gouvernement, avec une différence de traitement intolérable, entre sportifs amateurs et sportifs professionnels.

Pour rappel, à l’automne dernier, l’Etat actait une baisse de 30 millions d’euros du budget national du sport, et la disparition des conseillers techniques sportifs, soit 1 600 fonctionnaires, rattachés aux différentes fédérations sportives du pays. C’est une dégradation continue du financement du sport, contre toute réelle ambition sportive, à laquelle s’ajoute la diminution drastique des contrats aidés, et la baisse des crédits du Centre national de développement du sport.

Dans le même temps, une enveloppe de 25 millions était allouée à « la haute performance », pour la préparation des sportifs aux JO de 2024. Cette augmentation de 35% des crédits au sport de haut niveau, dans le contexte d’une baisse continue du budget global du sport, est un véritable mépris du sport amateur, du sport pour tous. Un contresens flagrant, quand chacun sait que ce sont les petits clubs locaux, et les sections sportives, qui font, aujourd’hui, les grands athlètes de demain.

Pourtant, l’enjeu est immense. Sans moyen pour les sections sportives et les petits clubs, pas de champion, pas d’équipe de France, pas de médaille, pas d’étoile. Mais au-delà, on fragilise l’ensemble des bienfaits du sport pour tous : la santé, le lien social, l’intégration, l’égalité homme-femme, la mixité, l’éducation, le dépassement de soi.

Pour notre groupe, les choix éducatifs sont une priorité, bien avant le financement des clubs sportifs professionnels, qui s’appuient, eux, sur d’autres ressources privées, dans un système marchand. Nous aurions donc préféré, que sur ces trois délibérations, la plus grosse part du budget, soit fléchée vers les sections sportives de nos collèges.

Je profite du sujet sportif, pour vous rappeler, monsieur le Président, ainsi qu’à monsieur Barral, nos échanges de courriers de l’an dernier, concernant le soutien de la Métropole aux clubs sportifs amateurs de haut niveau. Je vous avais alerté sur une différence de traitement entre deux clubs de hand, ayant pourtant un profil similaire, cette différence de traitement significative, apparaissant comme une injustice, pour le club le moins bien doté. Vous m’aviez alors informé de votre objectif de parvenir progressivement, à une cohérence globale des dispositifs d’aide, sans déstabilisation des clubs. Je vous questionne donc sur la suite de ce dossier, qui n’est sans doute qu’un exemple parmi d’autres, dont nous n’avons pas, collectivement, connaissance, puisque trop souvent, l’attribution des subventions et les critères, restent dans le secret de l’exécutif de notre collectivité.

Nous en appelons donc à des choix plus transparents, plus justes et équitables, pour une ambition sportive à la mesure des enjeux éducatifs, sanitaires, humains et sociétaux de notre Métropole.

Le rôle des collectivités est essentiel, pour rendre accessible, et développer l’activité physique et sportive.

J’ouvre une parenthèse pour dire, ici, que la Ville de Vénissieux est heureuse de rejoindre les 377 villes de France, et 9 autres Villes de notre Métropole, récompensées par le label « Ville active et sportive », distinguant les communes qui développent des politiques volontaristes, pour promouvoir l’activité physique et sportive, sous toutes ses formes, et accessible au plus grand nombre. Nous obtenons 3 lauriers sur une échelle de 4, en reconnaissance d’une politique sportive innovante, dynamique et ambitieuse, portée depuis plusieurs générations, avec l’idée que le sport pour tous, relève de l’intérêt général.

Je vous remercie.