Aucune expulsion sans un relogement pérenne

Voir toutes les actualités

Jeudi 16 juillet 2020.

Depuis 10 ans, à chaque fin de trêve hivernale, je prends des arrêtés contre les expulsions locatives pour que la dignité humaine soit respectée. Cette année, la trêve hivernale a été repoussée au 10 juillet, compte tenu du contexte sanitaire. Durant cette crise sanitaire, j’ai interpellé le premier ministre pour que soit mis fin à ces pratiques inhumaines et  demandé  un moratoire car il est inconcevable, compte tenu de la période que nous traversons, de remettre à la rue des familles.

Le ministre de la ville et du logement a annoncé fin juin à l’Assemblée nationale l’envoi d’une circulaire aux préfets pour « que seules les procédures d’expulsions locatives adossées à des possibilités de relogement opérationnel seront mises en œuvre à partir de juillet ». Conformément à cette directive, la Préfecture nous a informés courant de semaine dernière, qu’aucune expulsion locative n’aurait lieu sans proposition de relogement. Le Préfet n’accordera les concours de la force publique que pour les expulsions locatives assorties d’un relogement.

Cette décision  va soulager les familles les plus modestes fortement impactées par la crise économique et sociale qui s’est encore amplifiée dans le contexte sanitaire. En conséquence, je ne prendrai pas d’arrêté donnant obligation de relogement avant toute expulsion locative sur le territoire vénissian, cette année.

Je demande cependant au Préfet de proposer aux personnes en difficulté, qui seraient en situation d’expulsion locative, un relogement pérenne. Vous trouverez ci-joint le courrier que je viens de lui adresser.

Un logement pour tous est un droit. Je continuerai de porter ce combat essentiel pour la dignité humaine.