13 Juillet 1907, une date qui a marqué l’ histoire pour le droit des femmes

Voir tous les coups de cœur / coups de gueule

Nous célébrons aujourd’hui la promulgation de la loi donnant la possibilité aux femmes de disposer de leurs revenus.

Cette loi n’aurait peut-être jamais abouti sans la ténacité d’une femme remarquable et férue d’égalité, Jeanne Chauvin.

La première femme en France à valider un doctorat de droit. Son sujet, l’étude historique des professions accessibles aux femmes, influence du sémitisme sur l’évolution de la position économique de la femme dans la société. Ces détracteurs ont combattu l’idée même d’une femme doctorante puisque Jeanne a dû passer sa soutenance à deux reprises. En effet, la première fois qu’elle se présente devant le jury, des étudiants entrent dans la salle et entonnent la Marseillaise, créant une confusion telle que le jury ajourne la soutenance.

De nouveau, Jeanne est confrontée à l’hostilité de certains en se voyant refuser l’accès à la profession d’avocat, malgré ses diplômes, sous couvert de la loi qui n’autorise pas les femmes à exercer ce métier. Elle s’engage alors avec l’aide de son frère Emile Chauvin, lui-même avocat, dans une bataille juridique afin de changer cette loi. Après de nombreux débats et une opposition farouche, un nouveau texte sera finalement voté le 1er décembre 1900.

Ce n’est pas le seul combat pour le droit des femmes que Jeanne mènera. Elle a également rédigé et défendue la loi pour que soit reconnue la capacité des femmes mariées à disposer des produits de leurs industries personnels ou de leur travail. Une réelle émancipation pour les femmes qui ouvrira dans son sillon la volonté impérieuse et  néanmoins indispensable de ne jamais arrêter de se battre pour ce qui est juste.

C’est d’autant plus vrai aujourd’hui où malheureusement nous voyons les droits des femmes continuellement bafoués et même parfois régresser.

Consciente de l’importance de construire l’avenir et de transmettre, Jeanne passera une majorité de sa vie à instruire au sein de l’école de droit pour femmes, permettant  ainsi à ces idées de résonner sur les générations futures. Des promotions entières d’étudiantes hériteront ainsi de cet esprit pugnace et combatif.

Son engagement pour défendre l’égalité sera finalement reconnu et elle obtiendra la distinction de Chevalier de la Légion d’honneur le 19 Janvier 1926, quelque mois avant son décès

«  Quoi qu’elle fasse, la femme doit le faire deux fois mieux que l’homme afin qu’on en pense autant de bien. Heureusement, ce n’est pas difficile. », Charlotte Whitton