« Sculpture‑tableau »

Voir toutes les actualités

Séance du Conseil municipal du lundi 9 octobre 2017, rapport 21 «Donation d’une œuvre par Madame Notargiacomo»

J’y vois là un signe de confiance fort, adressé aux services de conservation et de médiation, des œuvres d’art de notre ville. A nous désormais de valoriser cette « sculpture-tableau », écho du projet abandonné de la tour carrelée, imaginée par Jean-Pierre Reynaud.

Je profite de cette délibération, pour remercier très chaleureusement madame Notargiacomo, pour le don de cette œuvre d’art qu’elle fait à la ville.

Même remerciement à Madame Bernadette Griot, qui a elle aussi donné son accord, et qui est le co-auteur avec Marcello Notargiacomo, de la « sculpture-tableau », désormais partie intégrante de notre collection. J’y vois là un signe de confiance fort, adressé aux services de conservation et de médiation, des œuvres d’art de notre ville. A nous désormais de valoriser cette sculpture-tableau, écho du projet abandonné de la tour carrelée, imaginée par Jean-Pierre Reynaud.

J’aimerais revenir sur la personnalité de Marcello Notargiacomo, qui a laissé une empreinte indélébile à Vénissieux. Marcello aimait notre ville, son compagnonnage, depuis la fin des années 60, en est l’illustration. Bien sûr, il restera comme le créateur de la compagnie Traction Avant en 1984, mais Marcello était avant tout, un homme d’une insatiable curiosité. Ses facettes étaient multiples, cette sculpture qu’il a composée avec Bernadette Griot, le démontre une nouvelle fois.

A travers tous ses projets, comme le projet Oradour, qui s’achèvera en 1994, en la présence du président François Mitterrand, ou encore son travail dans le théâtre, puis le chant, Marcello était bien un passeur de culture et d’éthique, inventeur de formes nouvelles et de fraternités novatrices.

Dans les comités d’entreprise, au centre culturel Boris Vian, à la MJC, et au service jeunesse qu’il dirigera, partout, ce fils d’immigrés italiens, laissera une marque d’intelligence, d’humanité et de malice. C’est à Vénissieux en 2009, une ville avec laquelle « j’étais entré en empathie », comme il tenait à le souligner, qu’il recevra les insignes de Chevalier de l’Ordre National du Mérite. Une mise en perspective, en forme d’hommage, à laquelle je tenais.

Je vous remercie.