Salon du livre historique et les 20 ans de Viniciacum

Voir toutes les actualités

Samedi 21 octobre 2017.

A Vénissieux, l’histoire industrielle de notre ville est restée gravée dans tous les esprits, c’est à la fois son patrimoine, son identité et son fil rouge. Son passé rosiériste, que l’association Viniciacum a su valoriser et faire sortir de l’ombre, est toujours bien présent en nous. J’ai presque envie dire que la 4ème fleur de Vénissieux, en serait aujourd’hui l’écho lointain.

C’est avec grand plaisir que la ville de Vénissieux ouvre ses portes, et accueille le salon du livre et du patrimoine de l’Est lyonnais, tout au long de ce week-end. Un plaisir double, puisque cette manifestation, qui se tient tous les deux ans, est couplée aux 20 ans de l’association Viniciacum.

La fédération du Patrimoine de l’Est Lyonnais regroupe 22 associations, et des historiens implantés sur 18 communes de l’Est Lyonnais. Elle a pour vocation de faire connaître et défendre le patrimoine de l’Est Lyonnais, par des visites, des publications, l’organisation d’événements. Une vingtaine d’associations d’histoire locale et d’historiens, vont ainsi présenter leurs recherches et leur travail écrit. J’invite les Vénissians à suivre les conférences, programmées sur des thèmes divers et variés, comme les rosiéristes, l’histoire industrielle, le camp de prisonniers allemands de Vénissieux, ou encore l’esclavage des blancs.

Ce travail de collectes et de mémoire est essentiel, dans une société où tout va trop vite, et où les repères deviennent flous. Contrairement aux idées reçues, les habitants sont très attachés au passé de leur ville, ils y tiennent et en sont fiers.

A Vénissieux, l’histoire industrielle de notre ville est restée gravée dans tous les esprits, c’est à la fois son patrimoine, son identité et son fil rouge. Son passé rosiériste, que l’association Viniciacum a su valoriser et faire sortir de l’ombre, est toujours bien présent en nous. J’ai presque envie dire que la 4ème fleur de Vénissieux, en serait aujourd’hui l’écho lointain.

Notre ville travaille beaucoup sur cette notion de transmission, d’éducation par les connaissances, et la curiosité des jeunes générations. L’ambition de notre politique culturelle, malgré la crise et l’austérité, illustre ce cap, dont nous ne dévions pas. Nous invitons régulièrement les jeunes élus du conseil municipal enfants, à participer et à suivre, les commémorations nationales. De même, nous nous battons pour la place du livre dans nos quartiers. Il est important de faire circuler la mémoire, la poésie, l’écrit. Ce n’est pas un hasard, si notre ville vient tout juste de recevoir le label national 2017, intitulé « Ma commune aime lire et faire lire ».

Enfin, avant d’ouvrir ce salon du livre, je voudrais remercier l’association Viniciacum, pour tout le travail accompli en termes de valorisation de l’histoire de Vénissieux, et de la défense de son patrimoine. Créée en 1997 par Gérard Petit, elle sera à l’origine du corso fleuri, et de la fête des roses anciennes, qui avaient attiré 7 000 personnes dans les rues vénissianes, en mai 1999. Il faut féliciter tous ceux qui se sont impliqués, dans la révélation ou plutôt la renaissance, de notre passé rosiériste. Lors du congrès mondial des sociétés de roses, en 2015 à Lyon, l’association a contribué à la réussite de la manifestation, et a valorisé notre ville, en accueillant sur notre territoire, des congressistes venus de 40 pays différents.

A l’occasion de ce salon, l’association va également publier deux livres. Le premier est une bande dessinée, consacrée aux roses, dont notre ville a soutenu l’édition. Le second, de Serge Cavalieri, retracera la vie des poilus vénissians de la guerre 14-18. L’histoire est la matière de Viniciacum, mais son investissement est, quant à lui, bien présent, à l’occasion des journées européennes du patrimoine, ou encore lors de la récente participation de la visite et balade, des jeunes élus du conseil municipal enfants.

A l’heure où il est si facile de dénigrer ce qui nous entoure, Viniciacum montre l’exemple d’une association qui aime sa ville, fière de son histoire et de ses racines.

J’adresse à son président actuel, Clément Barioz, et à l’ensemble de ses membres, mes plus chaleureuses félicitations. C’est un bel âge, 20 ans, et un bel anniversaire que vous fêtez ici, et auquel la ville de Vénissieux s’associe tout naturellement. Je salue enfin tous les participants et historiens, qui vont nous faire découvrir des histoires de notre propre passé, que nous ne connaissions pas, et qui vont nous rendre plus intelligents et plus curieux.

Je vous souhaite, à tous et à toutes, un excellent salon du livre et du patrimoine de l’est lyonnais.

Je vous remercie.