Réhabilitation de la Déchetterie

Voir toutes les actualités

Lundi 05 novembre 2018.

Retrouvez l’intervention de Michèle Picard, Maire de Vénissieux et Conseillère métropolitaine, lors du Conseil de métropole du 05 novembre sur le rapport n°2018-3109 : « Déchetterie – Réhabilitation – Individualisation complémentaire d’autorisation de programme».

La réhabilitation de la déchetterie de Vénissieux, inscrite dans la Programmation Pluriannuelle des Investissements 2015-2020, est une opération très attendue par la Ville. Nous validons, bien entendu, ces travaux. Les 80 000 usagers accueillis chaque année à la déchetterie, peuvent constater qu’après 23 ans d’exploitation, l’équipement mis en service en 1995, est usé. Il convient aussi de procéder à des améliorations de fonctionnement, qui répondront à l’accroissement d’activité, mais également à l’évolution des usages avec, par exemple, la création d’une donnerie, concept qui montre la progression des mentalités en matière de recyclage, réemploi, anti gaspi, et solidarité.

C’est un chantier de 8 mois qui s’annonce, de mars à octobre 2019. Pendant les travaux, la déchetterie sera fermée au public, et nous espérons que cette fermeture soit sans conséquence négative, pour les Vénissians. Une campagne de communication conduite par la Métropole, invitera les usagers à se reporter sur les déchetteries de Feyzin ou Lyon 7ème. Nous souhaitons également qu’un dispositif provisoire de déchetterie mobile soit proposé, pour absorber une partie des déchets.

Ce que nous redoutons, monsieur le Président, c’est le risque d’augmentation des dépôts d’ordures sauvages, que nous nous efforçons d’enrayer, avec la collaboration des bailleurs sociaux.

La propreté est un sujet sensible, au cœur de toutes les préoccupations urbaines. Dans nos assemblées générales des conseils de quartiers, qui se déroulent en ce moment, le débat est très présent, je dirais même, encore plus présent que les années précédentes. Les habitants sont attentifs, et plus agacés par les actes d’incivilités liés à la propreté. Ce sentiment de malpropreté est l’expression d’une légitime exigence, pour leur cadre de vie.

Dans l’enquête que je viens de faire réaliser par l’institut Ipsos, concernant la perception des Vénissians sur leur ville, les habitants sont majoritairement satisfaits de l’action des pouvoirs publics, concernant la propreté, avec 63% de retours positifs. En revanche, nous perdons 9 points de satisfaction par rapport à 2012. Il faut noter que la propreté de la ville, est le quatrième sujet de préoccupation des Vénissians, et c’est tant mieux !

Des habitants qui aiment leur ville, la veulent belle, propre et fleurie, tant mieux !

Le Conseil National des Villes et Villages fleuris, vient de confirmer le label 4 fleurs pour la Ville de Vénissieux. C’est la reconnaissance d’un niveau d’exigence, pour notre territoire et nos espaces communs, une distinction qui valorise nos actions, pour le cadre et la qualité de vie. Pour obtenir et garder 4 fleurs, les critères sont exigeants, tout compte, du mobilier urbain jusqu’à la propreté de l’ensemble de la commune. Ce label récompense le travail des équipes impliquées au quotidien, service des espaces verts, services techniques, service propreté. La participation active des Vénissians, est également valorisée par cette récompense.

L’éco-citoyenneté est le cœur de notre action, pour le développement humain durable, avec un agenda 21 qui affiche, dans son intitulé, ses ambitions : Vénissieux 2030, Humaine, Durable, Solidaire et Citoyenne. Le conseil citoyen du Développement Humain et Durable, tout comme le conseil municipal des enfants, accompagne chacune des actions d’éducation à l’environnement que nous menons : parmi celles-ci, l’appropriation de l’espace public par les habitants, ou la semaine de la propreté.

Il faut impliquer et expliquer. Expliquer, par exemple, dans les conseils de quartier, que quelques herbes folles ne sont pas la marque d’un abandon des pouvoirs publics, mais bien au contraire, toute une politique environnementale bienveillante. Expliquer que 30% du temps de travail de nos jardiniers municipaux, est consacré au ramassage des détritus, abandonnés dans l’espace public. De l’implication et de la discussion naissent les prises de conscience, et les mobilisations citoyennes.

Ce que nous entendons remonter des conseils de quartier, sous forme de mécontentement et de revendication, est l’expression d’une écocitoyenneté. Des habitants qui ne se résignent pas, et réclament plus d’action publique.

Nous devons leur accorder une attention particulière, poursuivre les dispositifs de sur-entretien dans les quartiers les plus fragiles, veiller à notre réactivité, en matière de nettoiement, de ramassage des ordures et d’enlèvement des dépôts sauvages. Il nous faut aussi trouver les moyens d’améliorer notre système de verbalisation des dépôts d’ordures sauvages, c’est pourquoi, je souhaite une évolution de la loi, pour permettre l’utilisation de la vidéo verbalisation.

Je vous remercie.