Présentation des vœux au personnel de la Ville

Voir toutes les actualités

Mercredi 10 janvier 2018.

Un grand merci à vous tous, et un grand bravo, car nous savons au fond de nous, que ce sont les habitants qui profiteront de cet élan. Education, culture, santé, sécurité, cadre de vie, logement, petite enfance et 3ème âge : nos politiques de proximité se déploient, grâce à vous, dans tous les quartiers. Elles rapprochent les Vénissians et fédèrent Vénissieux.

 

Plus de 5 000 personnes ont assisté au Grand Rendez-Vous de la ville, en octobre dernier. Sans forfanterie aucune, on peut affirmer que cette semaine vénissiane a été un succès. Nos partenaires, les habitants, tous les acteurs de terrain se sont penchés sur notre ville, et ont pu mesurer toutes les missions et tout ce travail de fond, des services publics de proximité. Bien sûr l’avenir de notre ville importe, mais je tenais aussi et surtout, à travers ce Grand Rendez-Vous, à mettre en valeur votre travail, à valoriser tous les services sans lesquels Vénissieux ne serait pas Vénissieux.

Plus que jamais aujourd’hui, les publics doivent être sensibilisés à ces missions quotidiennes, que chacun de vous remplit avec compétences, professionnalisme et générosité. Des missions essentielles et vitales, pour la cohésion sociale et la continuité territoriale de notre ville. Des missions pour les habitants, des missions pour l’investissement et le développement de Vénissieux.

Je n’oublie pas non plus votre contribution exemplaire, à la réussite du Grand Rendez-Vous de la ville. Dans tous les services, la mobilisation a été générale, afin d’accueillir l’ensemble de nos partenaires et les Vénissians, pour valoriser notre ville, et la faire rayonner au sein de la Métropole, pour montrer le chemin parcouru, et pérenniser la dynamique enclenchée.

Ces caractéristiques, on les a retrouvées aux Floralies, dans les nombreuses récompenses que la ville a reçues ces dernières années, et dans tous ces projets d’intérêt général, menés avec conviction et détermination. Un grand merci à vous tous, et un grand bravo, car nous savons au fond de nous, que ce sont les habitants qui profiteront de cet élan. Education, culture, santé, sécurité, cadre de vie, logement, petite enfance et 3ème âge : nos politiques de proximité se déploient, grâce à vous, dans tous les quartiers. Elles rapprochent les Vénissians et fédèrent Vénissieux.

Depuis plus de vingt ans, les services publics sont devenus la cible privilégiée du discours libéral. Le propos qui consiste à faire croire qu’ils sont un coût et non un investissement, a trouvé des relais dans l’opinion publique. L’évasion fiscale dans le monde, c’est 350 milliards d’euros qui échappent chaque année aux états, 120 milliards pour l’Union Européenne, et 20 pour la France. Oui mais voilà, ce ne sont pas les paradis fiscaux que l’on attaque, mais l’éducation nationale, la fonction hospitalière, la santé publique, la culture, la police, la justice, sous prétexte d’austérité. Mais aussi sous prétexte d’économies et de rentabilité. Je le dis, et vous le savez, nos services publics ne sont pas marchands. Depuis quand résume-t-on l’éducation d’un enfant à une somme versée, et à des frais déduits ? Depuis quand soumet-on la santé pour tous, aux règles d’une gestion d’entreprise privée ? Je m’oppose à cette vision comptable de nos vies et de nos villes. Sans vous, à quoi ressemblerait Vénissieux ?

Sans vous, comment pourrait-on relier les quartiers les uns aux autres, et rapprocher les populations par le sport, par la culture, par le vivier associatif ? Sans vous, que deviendraient des droits aussi essentiels que l’accès à la santé, le droit à la tranquillité, de disposer d’un logement décent, et d’un cadre de vie digne de ce nom ? Je crois au contraire qu’il y a une réelle fierté à servir l’intérêt général.

Aider un enfant à s’épanouir, briser la solitude de nos aînés, diffuser la culture populaire dans tous les quartiers, permettre à chacun de pratiquer sa discipline sportive favorite : en quoi ces actions vitales, universelles, ai-je envie de dire, devraient-elles devenir les variables d’ajustement des politiques économiques, au service des plus riches, des plus puissants, des plus nantis ? Il faut donc revenir à la racine de vos métiers : mettre vos compétences au service d’une collectivité, du vivre ensemble, au service de toutes les générations. Au service d’un idéal en somme, celui de vivre mieux et de penser notre ville, à l’échelle du patrimoine populaire qui nous unit, et d’un avenir pour lequel on veut agir.

Les collectivités locales et la fonction publique territoriale sont à un tournant. L’annonce du gouvernement d’Edouard Philippe de supprimer 120 000 postes de fonctionnaires, dont 70 000 dans la territoriale, dans les 5 ans à venir, donne des sueurs froides. Avec la suppression cet été de bon nombre de contrats aidés, sans concertation ni préavis, l’hémorragie se poursuit. La question est bien de savoir comment les collectivités locales pourront répondre aux besoins des habitants ? Mais elle est aussi de mesurer à quel point, les conditions de travail risquent de se détériorer, à court terme. Nous ne sommes plus dans le cadre de la mutualisation des compétences, mais bien dans celui d’un affaiblissement général des ressources humaines, dans la fonction publique territoriale.

La hausse de la CSG sans compensation, le gel du point d’indice en 2018, le rétablissement du jour de carence, montrent à quel point les fonctionnaires sont peu considérés. Il ne faut pas se tromper, le gouvernement veut mettre en place des services publics a minima, voire forcer les communes à externaliser, et privatiser certaines de leurs missions. A ce mouvement de fond s’ajoute la remise en cause, claire et nette, du principe de libre administration des collectivités locales : par l’étranglement financier d’abord, avec à nouveau, 13 milliards d’économies demandées aux collectivités, effort supporté principalement par les communes.

Puis par la quasi suppression du levier de la fiscalité locale, et l’exonération de 80% des ménages, d’ici 2020. A l’heure actuelle, nous ne savons ni comment, ni à quel hauteur, ni combien de temps sera versée la compensation promise par l’Etat. Selon les premières estimations, la ville de Vénissieux perdrait 9,6 millions d’euros de recettes en 2020.

Quand on sait que les recettes maîtrisées ne représentent plus que 40% des recettes de fonctionnement, on peut se montrer inquiet sur l’équilibre et l’autonomie des budgets des collectivités locales, à partir de 2020. La tentation d’aligner les politiques de proximité s’avère d’autant plus réelle, qu’elle est accompagnée, pour les communes de plus de 50 000 habitants, du principe de la règle d’or, et d’une limite de leurs dépenses de fonctionnement, fixées à 1,2% par an pendant cinq ans. Une diminution des dotations est promise, aux collectivités qui ne se plieraient pas à la règle. Paris entend ainsi mettre au pas les politiques locales, dans un curieux retour à une centralisation, qui n’a plus lieu d’être et qui marque une réelle marche en arrière.

Malgré ce contexte, il nous faut garder le cap, un cap humain, solidaire, un cap d’idées, de projets et d’investissement. Notre majorité sait que les services publics ne sont pas le problème, mais la solution. Et elle sait qu’il n’y a pas de services publics efficients, sans les hommes et les femmes qui les incarnent, et qui les portent au plus près des Vénissians. Les efforts de mutualisation que nous avons accomplis ensemble, n’ont à aucun moment remis en cause vos conditions de travail, ni la qualité des services rendus aux habitants.

Depuis des années, nous accompagnons le personnel de dispositifs valorisants, à la fois pour les parcours professionnels, et individuels. Sur les 1 322 agents que notre ville comptait au 1er janvier 2017, près de 88% étaient titulaires, un peu plus de 12% contractuels. Nous tenons à lutter contre la précarité, et à sécuriser les parcours professionnels, à les rendre dynamiques, à travers notre gestion prévisionnelle des emplois, des effectifs et des compétences. Le plan pluriannuel de formation, le tutorat, la formation des encadrants, sont autant d’outils et d’atouts à votre disposition, pour continuer d’enrichir vos métiers. Nous avons mené de nombreuses actions en 2017. Grâce à une méthode participative, nous avons fait évoluer l’entretien professionnel annuel, afin d’améliorer le suivi, et la prise en compte de l’ensemble des compétences des agents.

Le dispositif de reclassement professionnel et de reconversion professionnelle, permettent à chacun de vous, d’acquérir de nouvelles compétences, et de s’inscrire dans des évolutions de carrière. Nous portons une attention toute particulière à la prévention des risques professionnels, avec des réunions et interactions entre la DRH, la médecine du travail, de prévention, l’implication sur certains dossiers des élus du CHSCT. Concernant l’évolution de carrière, la ville a promu, en 2017, beaucoup plus d’agents que par le passé. La mise en place du protocole national « Parcours professionnels carrière et rémunération », et la revalorisation du point d’indice gelé depuis 10 ans, se sont traduites par une augmentation de la rémunération pour de nombreux agents. Soit un investissement annuel pour la ville de plus 750 000€. Le journal interne Entre Nous a été repensé, il laisse davantage de place aux agents, dans la production même du journal. Défendre les services publics, c’est aider les fonctionnaires à accomplir leurs missions, dans les meilleures conditions possibles. Mais c’est aussi contribuer à leur épanouissement personnel, avec le CASC, ou encore faciliter l’accès aux soins, avec notre participation à la couverture santé et prévoyance.

Le temps d’une ville appartient à un temps long. Vos actions s’y inscrivent au quotidien, comme on polit une pierre, mais nous avons aussi cette chance, de les voir se concrétiser sous nos yeux, mois après mois. L’élan est là, la dynamique bien présente, et vous en êtes à la fois les acteurs, et les témoins.

L’ouverture de la nouvelle cuisine centrale, le lancement de la réhabilitation de l’école élémentaire du groupe scolaire Pasteur, donneront le rythme d’une année 2018, riche en événements. Je sais que vous serez fidèles au rendez-vous, comme depuis toujours, avec la détermination et le savoir-faire, la fierté aussi, de services publics de proximité au service des Vénissians, et de Vénissieux.

Je vous souhaite, dans vos vies personnelles et professionnelles, une excellente nouvelle année.

Je vous remercie.