Premier tour des élections législatives 2017

Voir toutes les actualités

Le 11 juin 2017

Retrouvez la déclaration de Michèle Picard et les résultats de ce premier tour pour la commune de Vénissieux

Scrutin après scrutin, l’abstention ronge toujours un peu plus notre démocratie. Au niveau national, plus d’un électeur sur deux ne s’est pas déplacé dans les urnes à l’occasion de ce premier tour des législatives. Dans les villes populaires, à Vénissieux comme ailleurs,  l’abstention est encore plus forte, à presque 70% !

Ces tristes records illustrent la résignation, le désaveu et la défiance des Français à l’égard des politiques menées depuis plus de trente ans. Personne ne peut se réjouir de cette démocratie de si basse intensité, mais tout semble fait également pour éloigner le citoyen des urnes à force d’imposer le modèle libéral, qui crée pauvreté, précarité, chômage de masse et désindustrialisation de la France. Le passage au quinquennat et la présidentialisation de  notre vie politique, avec des législatives inscrites dans la foulée des présidentielles pour conforter les majorités en place, accentuent le désintérêt et la lassitude des Français. Ces périls sont graves pour notre pays, nos institutions et nos libertés.

Je tiens ce soir à remercier tous les électeurs de la circonscription qui m’ont accordé leur confiance. En se portant sur mon nom, ils ont exprimé l’envie de renouer avec une gauche authentique, une gauche de combat, proche des habitants, des salariés, au contact des réalités du terrain et attachée à notre bien commun : l’intérêt général, les services publics, le vivre ensemble et l’humain avant tout.

Je tiens aussi à saluer mon suppléant, Kamal Ahamada, avec qui nous avons mené une campagne dynamique, de proximité, pour faire entendre la voix, les attentes des villes populaires et redonner de l’espoir aux hommes et aux femmes qui se sentent abandonnés et laissés sur le bord de la route. L’éclatement des forces de gauche permet au candidat d’Emmanuel Macron de se hisser au second tour avec, en perspective, l’accélération des politiques libérales dévastatrices pour notre pays et nos concitoyens.

Au final, comme pour la présidentielle, la gauche est absente du 2ème tour et le choix se limite entre un candidat du libéralisme et un candidat de l’extrême droite, sur lequel aucune voix ne doit se porter.