Partenariat Olympique Lyonnais et Vénissieux Football Club

Voir toutes les actualités

Mercredi 24 octobre 2018.

La richesse du sport français tient justement à cet équilibre, entre le haut niveau et le sport pour tous, qu’il ne faut pas opposer, mais au contraire, accompagner simultanément. Si un fossé se creusait entre les deux, ce que les désengagements répétés de l’Etat du sport amateur accélèrent, tout le sport français y perdrait. A ce titre, nous avons présenté un vœu, adopté lors du dernier conseil, pour rappeler l’Etat à ses devoirs, à savoir soutenir avec une ambition retrouvée, le sport pour tous, les clubs, les bénévoles et les collectivités locales.

La fusion de l’ASM et de l’USV Football fera date, une réussite que la Ville a soutenue.

Il a fallu une envie mutuelle et réciproque, et que le processus s’enclenche au bon moment, ni trop tôt, ni trop tard. Car ce qui s’est rejoint, ce sont deux clubs aux identités et écoles de jeu différentes, aux parcours et aux histoires distincts.

L’un ne doit pas être absorbé par l’autre, mais les deux doivent se projeter dans un partage de compétences, d’objectif commun, de mutualisation des savoir-faire et des connaissances.

Un processus stimulant, tant il porte deux dimensions essentielles : l’ambition du haut niveau, et la pratique du football pour tous.

Le rôle des encadrants et éducateurs, ne se résume pas au seul volet technique, tactique, il est là aussi, pour diffuser les valeurs de respect, de travail, de tolérance, de construction d’une entité collective, et de citoyenneté de l’individu. Bien sûr que le sport est une formidable école de la vie, le foot également, à condition qu’il en évite les excès qu’on lui connaît, miroir de notre société, individualisée, obsédée par la réussite coûte que coûte.

Je sais que le foot, c’est aussi des émotions fortes, partagées par les enfants, les parents, les entraîneurs et dirigeants, synonyme d’intégration, d’éducation, et d’abolition des discriminations sociales.

La convention passée entre le Vénissieux Football Club et l’Académie OL, à travers son label Réseau Sport Excellence, va stimuler, j’en suis convaincue, bon nombre de jeunes Vénissians footballeurs du club. Seuls 17 clubs, au niveau national, ont reçu le label Réseau Sport Excellence, c’est donc une belle plus-value, et la reconnaissance du potentiel du Vénissieux Football Club.

L’Olympique Lyonnais est une grande équipe de la Ligue 1, à nouveau confrontée cette année, à l’élite européenne de la ligue des Champions.

Elle compte dans ses rangs un champion du monde, Nabil Fekir, et une footballeuse formée à l’AS Vénissieux Minguettes, Amel Majri, nominée pour le Ballon d’Or féminin ! Deux beaux exemples pour les jeunes vénissians, qui donnent envie de progresser, et de s’accrocher.

A l’émulation évidente de ce Réseau Sport Excellence, s’ajoutent d’autres paramètres inscrits sur le long terme.

Des responsables techniques du Vénissieux Football Club vont collaborer, en liaison directe avec l’Olympique Lyonnais, à travers des rencontres et des formations d’encadrant. Il s’agit de parfaire et d’améliorer, le niveau des entraîneurs des clubs labellisés, au profit du jeu et des jeunes footballeurs vénissians.

La Ville se réjouit des passerelles qui se créent, entre notre club de foot et l’Olympique Lyonnais. Nous défendons toutes les dimensions du sport : le haut niveau, l’exigence, et la pratique pour tous, accessible au plus grand nombre, et à tous les publics.

Je pense là aux politiques que nous développons, avec l’Office Municipal du Sport, pour favoriser le sport au féminin, et pour accompagner les clubs, dans l’accueil et la pratique sportive des personnes handicapées.

La richesse du sport français tient justement à cet équilibre, entre le haut niveau et le sport pour tous, qu’il ne faut pas opposer, mais au contraire, accompagner simultanément. Si un fossé se creusait entre les deux, ce que les désengagements répétés de l’Etat du sport amateur accélèrent, tout le sport français y perdrait.

A ce titre, nous avons présenté un vœu, adopté lors du dernier conseil, pour rappeler l’Etat à ses devoirs, à savoir soutenir avec une ambition retrouvée, le sport pour tous, les clubs, les bénévoles et les collectivités locales.

C’est nous, acteurs de proximité, qui portons le modèle sportif français. Les champions de notre pays ne s’y sont pas trompés : à travers la pétition qu’ils ont eux aussi lancée, ils réclament un réel engagement de l’Etat, et manifestent leur attachement, au modèle fédéral qui est le nôtre.

Vénissieux compte 11 000 licenciés, 1 000 pratiquants dans le football, des équipements de tout premier ordre, et si le dynamisme sportif de notre ville est incontestable, il le doit en partie, à notre détermination politique, d’investir dans le sport amateur, et d’en faire un moyen d’éducation, de socialisation et de réduction des inégalités.

Je souhaite donc au Vénissieux Football Club, et à son label Réseau Sport Excellence, des résultats à la hauteur des rêves que cette collaboration fait briller, dans les yeux de chaque enfant.

Je vous remercie.