5éme édition du Jour du livre

Voir toutes les actualités

Samedi 29 septembre 2018.

Je rencontre beaucoup de Vénissians qui me disent que c’est une chance pour eux et pour leurs enfants, d’avoir un accès facilité aux livres, à l’expression artistique et culturelle. Mais ce que nous appelons « chance » n’est en réalité que le résultat d’une volonté politique, de longue date, d’enraciner, dans tous les quartiers, une culture de qualité, pour tous. Nous faisons le choix de maintenir notre budget culturel à hauteur de 8% du budget de la Ville. C’est un choix politique fort, à une époque où les budgets des collectivités sont compressés, et que beaucoup d’entre elles ont tendance à sacrifier la culture.

«J’ai l’impression que les livres ont des passages secrets qui les relient les uns aux autres ». Cette citation, tirée de la littérature jeunesse, est à l’image de notre démarche.

Permettre que chaque Vénissian, qu’il soit petit enfant, collégien, ou retraité puisse avoir, quand il le souhaite, un livre entre les mains, c’est permettre qu’il emprunte ce passage secret vers d’autres livres, d’autres mondes, d’autres connaissances. Alors, de livre en livre, c’est l’imagination et l’esprit critique qui s’éveille vers la liberté et l’émancipation.

Je rencontre beaucoup de Vénissians qui me disent que c’est une chance pour eux et pour leurs enfants, d’avoir un accès facilité aux livres, à l’expression artistique et culturelle. Mais ce que nous appelons « chance » n’est en réalité que le résultat d’une volonté politique, de longue date, d’enraciner, dans tous les quartiers, une culture de qualité, pour tous. Nous faisons le choix de maintenir notre budget culturel à hauteur de 8% du budget de la Ville. C’est un choix politique fort, à une époque où les budgets des collectivités sont compressés, et que beaucoup d’entre elles ont tendance à sacrifier la culture.

Notre action culturelle est connue et reconnue au-delà de nos frontières, de nombreux témoignages d’encouragements nous parviennent d’habitants de toute la Métropole. Notre partenariat est fleurissant avec des structures régionales, métropolitaines ou locales.

L’espace Pandora est l’un de ces partenaires incontournables qui œuvre depuis plus de 30 ans, avec passion, dans le champ de la lecture, de l’écriture et de la poésie. Je tiens à remercier chaleureusement toute l’équipe dynamique de Pandora autour de son directeur, Thierry Renard. Merci pour ces nombreuses occasions que nous provoquons, ensemble pour tisser du lien social autour des mots. Ce jour du livre nous invite, depuis 5 ans, à une rencontre ludique, conviviale, voire décomplexée, avec le livre.

Je voudrais remercier la présence des nombreux auteurs, éditeurs, libraires, bibliothécaires et artistes qui font vivre cette journée riche de découvertes.

Nous avons souhaité, cette année, que nos bibliothèques et médiathèque s’impliquent plus fortement dans le « jour du livre », par l’organisation de ces portes ouvertes et l’animation d’ateliers, exposition, lectures, ainsi qu’une visite de la médiathèque qui, je le rappelle est une réalisation de Dominique Perrault, nous ayant permis d’obtenir le grand prix d’architecture en 2001.

Je profite de ce moment pour remercier l’implication des équipes de la médiathèque et des bibliothèques.

Rappeler que ces structures municipales comptent plus de 170 000 entrées par an, et forment un véritable réseau d’accès au livre pour tous.

La médiathèque Lucie-Aubrac offre 130 000 documents en accès libre, des postes informatiques en consultation, et des ressources en ligne sur son site internet. Elle propose, tout au long de l’année, des expositions, des animations et actions en direction de la jeunesse, le portage de livres dans les résidences des personnes âgées.

En complémentarité, trois bibliothèques de quartier maillent le territoire et jouent un rôle de proximité : la bibliothèque Robert-Desnos au Moulin-à-vent pour les adultes et les jeunes, la bibliothèque Anatole-France, qui touche les moins de 12 ans, ainsi que la Bibliothèque enfantine à Pyramide. Vous savez que cette dernière a dû fermer suite à un incendie accidentel du centre commercial, cet été. Mais les équipes se sont mobilisées pour maintenir une activité sur le quartier, en intervenant directement dans les écoles, les crèches et au plus près des habitants.

Ces portes ouvertes sont l’occasion, pour chacun, de découvrir ou redécouvrir nos quatre équipements, mais aussi l’occasion de vous présenter la nouvelle « charte d’accueil du public de la médiathèque et des bibliothèques de quartier ». L’objectif de cette charte est de poursuivre une amélioration continue de l’accueil en direction des usagers. Elle a été réalisée par les équipes des bibliothèques, des agents attachés à leur mission de service public qui s’engagent. Elle vise à prendre en compte chacun dans sa diversité, à répondre aux besoins de tous, et s’inscrit pleinement dans le cadre de notre politique culturelle.

Les usagers sont invités à contribuer à la qualité de l’accueil par une attitude respectueuse des lieux et des personnes.

Cette charte d’accueil est un engagement municipal supplémentaire pour faire vivre la littérature au quotidien. D’autres dispositifs vont déjà dans ce sens. Vous connaissez peut-être nos boîtes à lire qui permettent que les livres s’échangent, circulent. Elles sont aussi des points de rencontre et d’animation.

Nous apportons également notre soutien à divers partenaires, tels que les centres sociaux et autres associations. Notamment, Lire et Faire Lire, qui développe son action depuis 2014 avec des bénévoles intervenants auprès des enfants pendant les temps périscolaires.

Ancrer le livre dans le quotidien des habitants est un impératif, car nous savons que de grandes inégalités persistent dans la pratique de la lecture, et le déterminisme social qui en découle. Ces inégalités nous alertent et, en même temps, nous poussent à poursuivre nos actions collectives, pour que le livre soit chez lui à Vénissieux.

Une ville populaire qui est fière du label « Ma commune aime lire et faire lire », obtenu en 2017.

Je vous remercie.