Inauguration du nouveau jardin partagé «Le Moulin Vert»

Voir toutes les actualités

Mardi 29 mai 2018

Vénissieux, c’est 617 hectares de surfaces vertes totales (dont les zones agricoles), 320 ha d’espaces verts publics, dont 165 ha gérés par la ville, c’est 3 parcs, dont 60% du Parc de Parilly, sur le territoire de la commune. Le jardin partagé du Moulin-à-Vent vient donc s’ajouter à cette liste. Pour l’animer et l’entretenir, avec la collaboration du centre social, une association « Les graines du Moulin » s’est constituée.

Le cadre de vie est devenu un enjeu majeur du développement de notre ville, et plus généralement du développement des grandes agglomérations. C’est une attente, légitime, des Vénissians, pour vivre mieux dans son quartier, pour mieux respirer et s’octroyer des moments de paix, à l’écart de l’effervescence urbaine. La 4ème fleur que nous avons obtenue est là pour nous rappeler l’ampleur de nos efforts, en matière de cadre de vie.

Bien sûr, cette priorité ne doit pas éclipser les autres : le maillage des transports publics, pour rapprocher les populations des bassins d’emploi, le droit à la tranquillité, la présence des équipements culturels, éducatifs, etc. Mais je suis convaincue que la ville de demain sera, comme on dit, éco-citoyenne, en périphérie comme en ville centre.

L’inauguration du nouveau jardin partagé, Le moulin vert, s’inscrit dans le cadre des actions entreprises, relatives au développement humain, que notre ville a initiées depuis 2011, à travers son agenda 21. Je rappelle qu’à l’occasion du Grand Rendez-Vous, en septembre dernier, Vénissieux s’est doté d’un nouvel agenda, où figure justement une action d’appropriation de l’espace public, par les habitants. Jardins collectifs avec les jardins de l’espéranto et de la Garaine, jardin d’insertion avec le jardin de l’Envol, jardins partagés avec le jardin Jules Guesde ou encore le Jardin de la Passion aux Minguettes, et aujourd’hui le jardin « Le moulin vert ».

La ville de Vénissieux développe une politique ambitieuse, pour répondre d’une part, à des enjeux de développement durable, en maintenant des îlots de fraicheur, des espaces de biodiversité, et d’autre part, à une aspiration légitime des habitants, de cultiver et de tisser du lien social, autour du jardinage. Retisser des proximités entre les habitants, est essentiel dans les grandes agglomérations, au cœur desquelles règnent, bien trop souvent, les sentiments de solitude, d’isolement.

Et puis, je le dis à de nombreuses reprises, nous avons toujours tenu à associer les Vénissians aux projets d’aménagement, qui les concernent en premier lieu. On ne construit pas une ville sans ses habitants, mais avec eux, en les écoutant et en cherchant les solutions les plus justes, comme ce fut le cas ici, au sujet de l’espace canin, que certains voulaient conserver. C’est chose faite.

Le terrain de 1 400 m2 était un espace à requalifier. Sa situation, au cœur du quartier, ainsi que sa surface importante, nous ont conduit à proposer une division de cette parcelle, pour accueillir à la fois, un espace canin, et un jardin partagé.Ce projet d’un coût de 52 000 €, a permis de changer les clôtures, de construire une cabane de jardiniers, de réaliser des plantations, ainsi que d’aménager et de garder l’espace canin avec des plantations d’arbres, la pose de bancs, et la replantation d’une pelouse.

Le quartier du Moulin-à-vent présente la caractéristique d’être un quartier dense, mais dans lequel se trouvent de nombreux espaces publics, et de nombreux squares. Notre équipe municipale s’attache à la préservation de cet équilibre, ainsi qu’à la diversité des usages des équipements. Nos espaces verts sont l’une des forces de notre ville, un atout considérable, un patrimoine que l’on entend non seulement garder, mais aussi valoriser.

Vénissieux, c’est 617 hectares de surfaces vertes totales (dont les zones agricoles), 320 ha d’espaces verts publics, dont 165 ha gérés par la ville, c’est 3 parcs, dont 60% du Parc de Parilly, sur le territoire de la commune.

Le jardin partagé du Moulin-à-Vent vient donc s’ajouter à cette liste. Pour l’animer et l’entretenir, avec la collaboration du centre social, une association « Les graines du Moulin » s’est constituée. Je les remercie, tout comme je remercie les services et agents impliqués dans cette réalisation. Aux Vénissians, et plus particulièrement aux habitants du Moulin-à-Vent, de s’approprier ce lieu de vie qui est désormais le leur.

Merci à tous.