Inauguration des logements Arboréo

Voir toutes les actualités

Jeudi 9 novembre 2017.

L’implantation d’Arboréo s’inscrit dans le schéma global du carrefour et la dimension paysagère, à laquelle nous tenons, préserve l’intimité des résidents, et apporte une touche verte au croisement Paul Bert – Ambroise Croizat. Surtout, deux espaces extérieurs ont été conçus, pour favoriser la rencontre, les échanges entre habitants, pour retisser ce lien social qui fait souvent défaut dans nos grandes agglomérations.

L’axe Ambroise Croizat est devenu un axe fort de Vénissieux. L’inauguration des 103 logements, en accession privée d’Arboréo, le confirme une nouvelle fois. En termes d’aménagement urbain, ce programme illustre la volonté de la Ville, de renforcer l’offre dans certains secteurs structurants, mais de la limiter dans d’autres quartiers, qu’il faut savoir préserver. C’est ce que j’appelle un urbanisme équilibré, un urbanisme de dentelle.

Je profite de l’occasion, et de la présence du directeur d’agence Thomas Humbert, pour me féliciter du partenariat solide, noué entre la ville et Bouygues Immobilier. Le parti pris urbain et architectural du maître d’œuvre, Hassane Ouazzani, mérite d’être mis en avant.

L’implantation d’Arboréo s’inscrit dans le schéma global du carrefour et la dimension paysagère, à laquelle nous tenons, préserve l’intimité des résidents, et apporte une touche verte au croisement Paul Bert-Croizat. Surtout, deux espaces extérieurs ont été conçus, pour favoriser la rencontre, les échanges entre habitants, pour retisser ce lien social, qui fait souvent défaut dans nos grandes agglomérations. Pour l’anecdote, je rappelle également, que la construction du programme Arboréo n’a pas été de tout repos. A l’été 2015, deux bombes de 500 kilos, larguées en mai 1944, ont dû être désamorcées, nécessitant un double périmètre de confinement. L’histoire vient parfois se rappeler au présent, mais la ville de Vénissieux, et c’est une tradition, a toujours su concilier les deux.

Revenons aux enjeux multiples de ces 103 logements. Nous continuons de la sorte, à renforcer la diversité des parcours résidentiels des Vénissians, l’un des piliers de notre politique du logement. Elle porte ses fruits, puisque de nouvelles familles viennent s’installer dans notre commune, tandis que d’autres, dont les besoins changent, trouvent dans la variété des logements proposés, la possibilité de rester à Vénissieux. Certains aimeraient résumer notre ville au seul logement social, Arboréo montre, que l’accession privée y est également présente. Le programme constitue une étape majeure de notre développement du Cœur de Ville. L’îlot Romain-Rolland, l’école Flora Tristan, Arboréo, chaque élément apporte une dynamique supplémentaire, et renforce le lien entre le centre-ville, Croizat et le quartier gare. On parle souvent, à tort ou à raison, de mixité sociale. Cette mixité sociale devient une mixité de terrain, lorsque plusieurs composantes sont réunies. Les transports en commun (tramway et métro sont à portée de main), l’accès aux services publics de proximité, et la présence de commerces, forment les conditions d’une réelle mixité sociale, et d’une mixité durable.

Trois cellules commerciales ont été réalisées, en rez-de-chaussée commercial d’Arboréo, dont deux sont d’ores et déjà occupées par une boulangerie, et une pizzeria. Dans un contexte difficile lié à l’e-commerce, et à la concurrence des grandes surfaces, la ville, même si elle n’est pas donneuse d’ordre en la matière, se bat pour la présence des commerces de proximité. Sur l’ensemble de notre territoire national, beaucoup de villes de moyenne importance, voient leur taux de vacance commerciale augmenter, année après année, au point d’être proche d’une désertification totale.

Notre ville a lancé un travail de fond à ce sujet, qui s’appuie à la fois sur la dynamique des grands projets de rénovation urbaine, de Vénissy au Puisoz, et sur des actions concrètes auprès du petit commerce. J’en rappelle quelques éléments : l’instauration du droit de préemption, lors des cessions de commerce ; le projet Cœur de Ville ; l’identification au Plan Local d’Urbanisme de linéaires commerciaux ; la valorisation du commerce de proximité, etc.

L’attractivité retrouvée de notre ville est un levier à la fois pour l’activité économique, et pour notre bassin d’emploi. Les clauses d’insertion, que nous avons passées dans le cadre de la construction des logements d’Arboréo, ont permis à 13 personnes, de travailler sur le chantier, pour plus de 4 700 heures réalisées. Vénissieux a retrouvé une dynamique démographique, mais aussi une dynamique auprès des architectes, des promoteurs, qui se montrent de plus en plus intéressés, par chaque projet urbain de notre ville. Il nous faut la maintenir auprès de tous nos partenaires, tout comme il est indispensable de maintenir une ambition nationale, en matière de logement social.

La baisse des APL de 50 à 70 euros /mois, annoncée par le gouvernement, que les bailleurs sociaux devront compenser, montrent que la solidarité nationale en matière de logements, se fissure en de nombreux points. La mécanique enclenchée est dangereuse, dans la mesure où les bailleurs sociaux, fragilisés économiquement, ne pourront plus assurer les services rendus quotidiennement aux locataires. La perte de recettes réduira d’autant plus, leur capacité d’investissement dans la réhabilitation, et la production de logements neufs. Le temps des crises économiques et sociales est brutal, soudain, le temps du développement urbain appartient, lui, à un temps long. Il nécessite l’engagement de chaque acteur de terrain, de chaque partenaire, unis, comme c’est le cas à Vénissieux, par la volonté commune d’offrir aux habitants, des conditions de logement dignes et de qualité.

Je vous remercie.