Assemblée générale de la FNACA

Voir toutes les actualités

Vendredi 26 octobre 2018.

La FNACA est une association qui compte. Elle porte en elle des thèmes et des combats qui nous sont chers. Elle œuvre pour la paix, la fraternité et la solidarité entre les peuples.

« Commémorer, c’est arracher à l’ignorance ».

Ces mots, sont à l’image de la FNACA. Une association qui œuvre pour transmettre, encore et toujours, cet indispensable devoir d’histoire. Transmettre aux jeunes générations, le témoignage d’hommes et de femmes qui ont traversé, non sans douleur, les périodes sombres de notre siècle.

La FNACA est une association qui compte. Elle porte en elle des thèmes et des combats qui nous sont chers. Elle œuvre pour la paix, la fraternité et la solidarité entre les peuples.

Vos valeurs sont républicaines et restent dans la lignée du Conseil National de la Résistance.

Vous défendez avec pugnacité les légitimes revendications des anciens combattants.

  • Je pourrais citer l’obtention de la reconnaissance de la qualité de combattant ou l’attribution de la carte du combattant aux anciens d’Afrique du Nord.
  • Et, bien entendu, la bataille acharnée menée pour la reconnaissance du 19 mars comme date officielle du cessez-le-feu en Algérie.
  • Un combat défendu à l’Assemblée Nationale  par André GERIN et Guy FISCHER au Sénat.

Vous le savez, Vénissieux est très attaché au devoir d’histoire. Une ville fidèle à ses racines, aux résistants qui ont marqué de leur emprunte la vie de notre cité. Ces hommes et ces femmes qui ont refusé l’ordre établi, ont résisté face à la barbarie nazie, ont lutté contre l’injustice.

Regarder l’Histoire en toute lucidité, sans déni, sans récit tronqué, sans instrumentalisation, est au cœur de nos préoccupations.

A ce titre, la reconnaissance, par le Chef de l’Etat, des circonstances de la mort de Maurice Audin, militant communiste torturé et exécuté par des militaires, est un geste fort pour lever les zones d’ombres de l’Histoire de la Guerre d’Algérie, tout comme l’annonce de l’ouverture des archives de l’Etat sur cette période.

Transmettre une mémoire collective est indispensable, impératif dans un contexte national et international où la violence, l’obscurantisme, le nationalisme, le racisme et l’intolérance se développent dangereusement.

C’est le sens du travail engagé avec le Conseil Municipal Enfant il y a maintenant 6 ans.

  • Nos jeunes élus sont présents à toutes les commémorations, pour savoir et comprendre et se projeter vers l’avenir.
  • Faire de notre jeunesse des citoyens à part entière, acteurs et décideurs de leur vie est au cœur de notre action.
  • Parce que la démocratie, la République s’apprennent dès le plus jeune âge.

Vénissieux, c’est avant tout, une terre de résistance qui continuera de porter, comme ses aînés l’ont fait avant elle, des valeurs de progrès et de justice sociale. Résistance face aux politiques d’austérité qui se succèdent et fragilisent toujours plus le premier maillon républicain que sont les communes.

Des collectivités confrontées à des années de baisse des dotations d’Etat.

Avec la contractualisation imposée aux plus grosses collectivités, dont Vénissieux, le gouvernement Macron a franchi une nouvelle étape dans la remise en cause de la libre administration des communes.

L’objectif est de réduire les dépenses de fonctionnement de 13 milliards d’€, à l’horizon 2024.

Pour Vénissieux, nous avons obtenu un taux à 1,46% (la marge de manœuvre se situait entre 1,2 à 1,50%). Et nous avons calculé que dans 2 ans, nous aurions besoin d’un taux à 1,7%, pour assurer toutes nos missions. C’est une attaque sans précédent contre les fonctionnaires et les missions de service public.

Aujourd’hui, je voudrais saluer les liens qui nous unissent à la FNACA. Vous représentez, comme toutes les associations d’anciens combattants, cette courroie de transmission, ce lien intergénérationnel indispensables pour savoir et comprendre notre passé.

Ensemble, nous portons les mêmes valeurs :

  • Celles du Conseil National de la Résistance, du progrès social, de la solidarité, du bien commun.
  • Cette volonté de transmettre une mémoire commune et la diffuser à toutes les générations.
  • Persuadés qu’aucune société ne peut se construire sans savoir d’où elle vient.

Sachez qu’à Vénissieux, nous savons toute l’importance des associations d’anciens combattants. Votre engagement au service de l’histoire est indispensable pour les générations futures, car ce sont elles qui construiront le monde de demain.